Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/09/2015

Les barbares

age-of11.jpgIl y avait les Goths, les Wisigoths, les Ostrogoths, les Vandales… et aussi les Huns (et même les Autres) avec Attila leur chef, qui rendait stériles les prairies parcourues par son cheval.

Plus tard vinrent les Khans, et surtout Gengis qui tout petit mangeait comme un ogre (quel appétit, quel immense appétit dévorait ce petit) et qui dormait dans un berceau en bosses de chameau. C’était le temps des barbares qui ne parlaient pas le grec et qui avaient succédé au temps des grecs puis à celui des romains.

A part les béotiens et les spartiates, les grecs étaient des gens cultivés qui écoutaient Socrate diffusant sa sagesse autour de l’Acropole.  Les romains étaient très bien organisés, il construisait des tout-à-l'égout géants (magna cloaca) et des Ponts du Gard pour amener l’eau fraîche à Massilia pour le pastis.

Les barbares étaient… barbares, ils n’avaient ni foi ni loi. Heureusement quelques siècles plus tard, sont arrivés les socialistes avec Jean Jaurès et Léon Blum puis le conseil nationale de la résistance et on a eu les congés payés, la sécurité sociale, la retraite, les congés de maternité et toutes les joies de l’état providence.  

depositphotos_26179349-Dramatic-view-of-zeroes-and-ones-as-binary-background.jpgCeci ne pouvait pas durer. Aujourd’hui, de nouveaux barbares attaquent. Je ne parle pas de Daech. Non, ceux-ci nous arrivent principalement de la Silicon Valley mais ils sont déjà partout sur la terre. Leur cheval de bataille : Le numérique. Avec ce cheval, ils se veulent les nouveaux Atilla. Ils vont tout numériser et mettre la société à zéro et à un. Il ne restera pas une touffe d’herbe sous le tapis binaire qu’ils nous tricotent.

Pour essayer de comprendre ce qui est en train de se passer, des membres de The Family dont la mission est d' « Aider les entrepreneurs dans leur quête d’un business model reproductible, extensible et profitable, le tout avec une approche en partenariat ! » ont décider d’organiser des conférences sur l’impact du numérique. Une première saison s’est attaquée aux différentes branches des affaires :

TEXTILE.png?format=500wL'Agriculture - L'Assurance - L'Automobile – La Finance – L’éducation - Le Consulting etc… La saison suivante s’intéresse au secteur public : Le Dialogue Social - L'Éducation Nationale… 

C’est sur Internet, c'est en français, c’est gratuit. C’est vachement instructif. C’est nécessaire si vous avez envie de comprendre le monde qui vous entoure et peut-être tenter d'éviter que l’herbe ne repousse plus jamais. On en reparlera...

Commentaires

Amusant le début de ta note me rappelle les frères Jacques je crois qui chantaient "c'était un Hun... deux... trois... qui partait à la guerre".
Autrement merci pour le tuyau

Écrit par : Françoise | 02/09/2015

Le monde des “anciens barbares” oui. Aujourd´hui, on a l'impression que le monde de l'argent s'est appropriée de tout le reste des mondes. Le monde aimable, le monde gentil, le monde solidaire, il semble que, ce monde ci, n´est pas rentable, rémunerateur ou bien enrichissant pour les “noveaux barbares”.

Ce qui compte, c´est le profit. La technologie n'a pas apporté bien-être mais déshumanisation et chômage au plus part de l´humanité.

Ni foi ni loi. il faut tenter d'éviter que l’herbe ne repousse plus jamais. L'effort vaut la peine! Le monde solidaire vaut la peine!!! Merci Joel

Écrit par : ana | 02/09/2015

C'est vrai ana qu'en écoutant ces conférences il m'arrive d'avoir une overdose de fric et de technologie qui me donne des nausées et une furieuse envie de détruire le capitalisme (Comme Woody Allen quand il écoute du Wagner a envie d'envahir le Pologne).

Ceci dit, je pense que ces gens des startups du numérique vont inévitablement changer le monde rapidement et brutalement, alors autant comprendre les enjeux et se tenir prêts à lutter contre les vrais vandales si c'est encore possible. D'autant que tous ces barbares ne sont pas forcément pire que les romains en toge qui nous gouvernent et ne comprennent pas l'évolution de la société et continuent de crier "Croissance ! Croissance !" assis sur leur nénuphar au milieu de l'océan démonté.

Écrit par : Joël | 03/09/2015

Vraiment! Et...puisque vous nous avez offert Woody..... À tout ces capitalistes sauvages, comme Groucho Marx, "je leur offrirais un parachute ... si j'étais sûr qu'il ne s´ouvre pas!!

Écrit par : ana | 05/09/2015

Groucho, un vrai marxiste !

Écrit par : Joël | 06/09/2015

Les commentaires sont fermés.