Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/02/2015

Blasphème

On a beaucoup parlé de blasphème à propos de Charlie. A l’origine, le mot blasphème avait le sens de « faire injure à la réputation de quelqu'un » donc le diffamer*. Progressivement le mot ne s’appliqua plus qu’à des paroles ou discours qui outragent la divinité.

1263-ANTONIO.jpg

En général les blasphémateurs sont des mécréants. C’est quand même étonnant que ceux qui ne croient pas ressentent le besoin d’attaquer la divinité qu’ils nient, il est encore plus surprenant que ceux qui croient s’en offensent. En réalité, c’est parce que ces derniers s’en offensent qu’il est bon de blasphémer pour montrer que l’on pense librement. Et bien sûr, si la menace des croyants devient très forte voire meurtrière il est d’autant plus important d’affirmer le droit au blasphème… C’est la confrontation de la violence et de la raison arbitrée par la liberté.

Zut, j'ai encore raté le côté humoristique de ma note. Tant pis ! Je ferai mieux le prochaine fois. Promis.

Dans Blasphème, il y a phème (dirait RV) et PHÈME c’est le mot grec pour dire mot, parole… Euphémisme vient donc de eu bon/bien et phéme mot/parole). Mais qu’est ce que le BLAS ? Ce pourrait être blaptō, injure ou blax stupide ou encore blabos qui veut dire dommage ou tort Mais blas ne vient pas de blabla qui est une onomatopée.  

Quant à diffamer, il vient du latin fama, rumeur, bruit qui court, réputation. Fama a aussi donné infame, fameux, famé dans mal famé.

18:52 Publié dans Religion | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Heureusement que tu es là ! maintenant on n'enseigne plus le latin. Et on s'emmerde à la messe* comme le chantait Brassens. Nos profs de français nouvelle génération ignorent le grec et la latin. Et faire de l'étymologie à ta façon ne doit pas leur être "naturel".

* nous avons profité d'une messe pontificale à Rome l'an dernier. Excellente musique, cérémonie grandiose et du latin. Il n'y a que le sermon qui était en italien. Mais c'est joli l'italien. Un opéra gratos ! j'ai pu mettre mon billetdans la panière. Ça le valait. Ça faisait longtemps que je n'avais été à la messe.

P.S.

Un jour il faudra nous expliquer. On nous parle des Arabes, des Juifs... et nous, on est des quoi ? tu vas me demander ce que j'entends par "nous"...

Écrit par : Aredius | 12/02/2015

Les commentaires sont fermés.