Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2012

Déformatique

Dans le petit fascicule que m’a donné Claude Birraux, dont j’ai parlé hier, Yves Meyer, médaille Gauss, dit : Dans une école primaire de Nice, Gérard Berry dispense un enseignement expérimental : il apprend paradoxalement aux enfants la pensée informatique sans ordinateur, avec un très grand succès. Je renvoie la balle à Gérard Berry, que je vous suggère de convoquer ici pour qu’il vous fasse part de sa réflexion absolument prodigieuse sur ce sujet. Sur ce, Claudie Haigneré, première astronaute française et ex-ministre affirme : Les cours de désinformatique de Gérard Berry, devant le collège de pataphysique, sont tout à fait étonnants !

25645.jpgMoi, toujours à l’affût dès qu’on parle de pataphysique, je me précipite sur l’homme et sur le mot. Le mot, comme je n’en doutais est "déformatique". Que dit Google ? Presque rien du mot. Pourtant, déformatique, ça sonne vachement prometteur comme mot valise. L’informatique qui forme et qui déforme, même sans ordinateur, tout un programme.

On pense au robot à Ducros (le vulgarisateur scientifique d’Europe I), gros robot dont se moquait Boris Vian en 1953 dans un lettre à André Parinaud, grand arbitre des élégances littéraires au Figaro qui semblait inquiet à cause du robot… Une lettre écrite par Boris en tant que grand satrape du collège de pataphysique. Lisez l'extrait sur le site et la référence à Pic de la Mirandole, célèbre pantomathe.

Donc, rien ou presque sur le mot. Peu de chose sur l’homme, polytechnicien et informaticien qui semble être un bon vulgarisateur plutôt conventionnel (Le numérique c’est l’avenir… Ben oui !) du moins à première vue googlisante. Si vous avez des infos ou des désinfos, je suis preneur… Les commentaires sont faits pour ça. 

Commentaires

Oui, merci, Aredius, j'avais trouvé cela mais c'est le côté pataphysicien du personnage qui m'intéresse. Sur ces sites, il semble bien conformiste. Le polytechnicien qui a réussi. Le profil d'Alain Minc quand il parlait des d'informatique distribuée avec Simon Nora, tu t'en souviens sans doute:
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/xxs_0294-1759_1989_num_23_1_2832

Écrit par : Joël | 11/02/2012

extrait :
"Tout ceci est scientifiquement plus que contestable. La base en est la théorie dite de la relativité, qui dit que rien ne peut aller aussi vite que la lumière. Cette fumeuse théorie est immédiatement réfutée par une expérience très simple due à Pierre Dac : si on lâche une lampe électrique allumée et un chat du haut de la tour de Pise, les deux arrivent en bas exactement en même temps, comme on le sait depuis Galilée. Donc, le chat va à la vitesse de la lumière. De plus, le chat retombe sur ses pattes, alors que la lampe se casse, ce qui montre que la lumière n’est en aucun cas une référence fiable."

Écrit par : Aredius | 11/02/2012

Dans sa leçon inaugurale Gérard Berry mets sur des pistes mais il n'explique rien. On sent qu'il a une boîte à faire tourner.

Écrit par : Le Garde-mots | 12/02/2012

Bravo Aredius pour avoir trouvé ces liens

Écrit par : Joël | 12/02/2012

Les commentaires sont fermés.