Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2010

Distraction

Beau temps en dessus des nuages. Balade à raquette depuis le plateau des Glières en direction des Auges. Une vue magnifique depuis le plateau sur la chaîne des Aravis et le Mont-Blanc.

Quand on a encore du souffle on parle. Beaucoup d’anecdotes donc mais la meilleure de la journée est à attribué à Hélène (un nom de code).  Hélène est directrice d’une maison de réadaptation et de repos pour les personnes qui sortent de l’hôpital. Elle est un peu fâchée avec la technologie.

L’autre jour, elle devait partir en week-end dans le sud et son téléphone  était en panne. Qu’à cela ne tienne, elle avise un téléphone appartenant sans doute à un médecin de l’établissement. Elle demande l’autorisation de l'emprunter. Consciencieuse, elle vérifie qu’il marche bien. Pour ce faire, elle fait plusieurs appels, entre autres, elle appelle son compagnon JM pour lui donner le numéro du médecin, un 06… ainsi JM pourra la joindre pendant le week-end. Tout est bien. Elle part tranquille, le personnel de l’établissement pourra joindre la directrice en cas de pépin... En fait, elle a emmené le combiné mobile d’un téléphone fixe de la maison de réadaptation.

 

Une heure plus tard, JM appelle sur le 06… et tombe sur le répondeur du médecin. « Vous êtes bien sur le portable du docteur xy… » Tranquillement, JM annonce qu’il n’est pas malade mais que le cas échant, si son moral se dégrade, il rappellera pour trouver du réconfort. JM a toujours beaucoup d’humour. De son côté Hélène, en route pour le sud, compose quelques numéros. Zut, le téléphone ne marche pas. Sans doute un problème de piles… JM laisse quelques messages annonçant qu’il est en train de tomber malade de ne pas pouvoir parler à Hélène.

 

Arrivée chez son amie dans le sud, Hélène lui soumet le problème de charge du téléphone. L’amie, un peu plus versée dans la technologie regarde l'appareil et constate que le téléphone est un… fixe. Un fixe qui marchait très bien dans la zone des 300 mètres de la maison de repos mais pas au-delà. Le portable du médecin était resté dans son tiroir.

19:02 Publié dans Blog, Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.