Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2020

C'est le pied

Les garçons puent des pieds. En général ils puent plus des pieds que les filles. C'est un sujet assez connu mais dont on parle peu. C'est sans aucun doute une erreur.

Il y a 3 ans, Maitane Alonso avait 16 ans. Elle vivait à Sodupe. Son père préparait d’énormes barbecues et souvent il restait de la viande que l'on finissait par jeter. Maitane n'aimait pas ça. 

0bc662947a220d32d968a4dffeab610e.jpg

D'autre part, Maitane avait un frangin qui puait des pieds. Elle n'aimait pas quand il "rangeait" ses baskets trop près de l'entrée de sa chambre.

Il arrivait que le frangin laisse ses pompes à côté du générateur électrique près de la porte du garage ce qui ne manquait pas de faire râler leur mère un adepte forcenée de l'ordre. Mais Maitane, qui avait l'odorat fin, remarqua (et donc sentit) que placées là les baskets du frérot sentaient beaucoup moins mauvais.

Maitane aimait bien les cours de science et en particulier quand on lui parlait de toutes ces petites bêtes invisibles que sont les microbes. Elle se demandait si par hasard, l'odeur des godillots ne pouvait pas être liée à des micro-organismes. C'est possible dit sa prof d'un air distrait, pourquoi cette question ?

Maitane se dit que des chocs électriques pouvaient être à l'origine de cette amélioration de l'odeur en tuant les bactéries provenant des pieds de son frangin. Hypothèse. Elle se mis donc à tester l'idée et se dit que peut-être cela pouvait marcher pour la bidoche du BBQ. Quelques tests, essais, erreurs et prototypes plus tard. Euréka, ça marchait aussi pour la carne de cola de barba.

Maitane a ensuite pu créer, avec le soutien de différentes entreprises, un appareil industriel, basée sur le même concept, qui a remporté “une longue liste de prix”. L’inventeure a notamment attiré l’attention de la Nasa lors de l’exposition scientifique AMLAT 2018 au Chili. Et elle a gagné le premier prix mondial pour la durabilité et le deuxième prix pour la microbiologie au concours Intel ISEF de Phoenix (Arizona) en mai 2019, ce qui lui a valu d’avoir un astéroïde à son nom.

Le problème auquel Maitane s’est attaquée bravement est un “énorme” défi pour l’humanité, rappelle El País.

L'article de El Pais est traduit ici dans mon hebdo préféré.  

maitane-usa6ok.jpg?itok=GqZPcaYf

Écrire un commentaire