Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/11/2018

Vialattons un peu

J'ai trouvé le texte ci-dessous chez les amis de Vialatte sur Facebook. Ceci me permet de tirer mon chapeau à René de Obaldia qui fait partie de mon Panthéon littéraire avec Le vent dans les branches de sassafras et surtout Innocentines, madame Croche, le zizi de Zaza, et le petit Gengis Khan inventeur de la mondialisation. Je lui tire mon chapeau, car René vient d'entamer son second siècle frais comme un gardon. Chapeau bas donc !  

(Cliquez, puis cliquez sur le petit triangle, cliquez encore si nécessaire. 

Alexandre le coruscant*

Le crépuscule enveloppe la Beauce. Il fait cependant assez clair pour que, installé dans le jardin de ma maison de campagne, à l’ombre de la cathédrale de Chartres (une trentaine de kilomètres à vol de vanneau), je puisse encore lire. Je lis. Entendez, je ne regarde pas la télévision. Je lis Vialatte.


La Beauce, qui a résisté d’une manière spectaculaire au plissement hercynien, n’est pas un pays de marins, comme la Bretagne, ou de montagnards, comme l’Auvergne, l’Auvergne tant chantée pour notre auteur qu’on eût pu croire qu’il y naquit. C’est en Haute-Vienne qu’il consentit à se joindre à nous, en 1901, à Magnac-Laval exactement, issu d’une mère délicate et d’un père rigide (...)

J’ai eu, en effet, le bonheur de connaître personnellement Vialatte. Pas assez. On ne connaît jamais assez ceux que l’on connaît – ou que trop.

De taille moyenne, fort supérieure, cependant, à celle des Beaucerons, il faisait usage d’un corps « solidement charpenté » comme aurait écrit Paul Bourget. Mais la charpente n’est pas tout, l’os ne fait pas le moine. Ce qui me frappa lors de notre première rencontre, ce fut son visage. Son visage qui démentait...

Qui démentait quoi ? Je ne saurais dire. De là, je crois, l’ambiguïté du personnage : une part d’ombre qu’il préservait jalousement. Visage en partie camouflé par des lunettes et qui évoqua pour moi celui d’un mandarin chinois.


Soudain, ce fut évident : avec simplicité, il ressemblait au grand poète Tou-Chao-Ling, appelé communément Tou-Fou, l’heureux rival de Li-Po. Ce qui, bien sûr, me plongea dans l’étonnement. D’autant que nous ne trouvons trace d’aucun dessin, portrait, encore moins photographie de l’auteur de la chanson du toit de chaume abîmé par le vent d’automne (712-770) (...)

Où eut lieu cette première rencontre ? Je crois que ce fut, il y a bien vingt-cinq ans, au « Buisson Ardent », un bistrot misérable et joyeux rue Vieille-du-Temple, attenant à l’échoppe d’un tailleur juif, dans lequel Jean Paulhan m’avait entraîné. Paulhan, autre mandarin, dernier survivant d’une dynastie guerrière et appliquée.


Un après-midi, alors que je me trouvais dans son bureau de la N.R.F. – il venait de refuser deux manuscrits, l’un parce qu’il le jugeait trop épais, trop joufflu, l’autre parce que trop maigrelet -, l’éminent Tarbais, opérant une curieuse volte-face, me souffla à brûle-pourpoint : -vous devriez connaître Vialatte.


Certes, je connaissais Vialatte par ses traductions de Nietzsche et de Kafka. Mais je venais de découvrir une de ses chroniques de La Montagne dans laquelle il discourait sur ma dernière pièce : Du vent dans les branches de Sassafras (...).

Prenons le temps en si docte et plaisante compagnie. Le temps d’aller et venir entre les lignes, ou de revenir à telle page, le temps de flâner, de rêver, de jubiler, de vialatter.


Prenons même le temps de le perdre (le temps, ce grand maigre) ; il nous sera rendu au centuple(...)

René de Obaldia – Préface à « antiquité du grand chosier »

* Coruscant - Vif, étincelant, brillant

17:45 Publié dans Vialatte | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire