Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2015

Truvada

truvada_cachet.jpgAvez-vous entendu parlé du Truvada ? C’est un médicament préventif des infections au VIH, le SIDA pour aller vite. Un médoc mis sur le marché par une entreprise californienne GILEAD. Médicament préventif, donc à prendre par des personnes saines au cas où...

Il serait efficace à 90%. Il vient d’être autorisé en France et on apprend qu’il sera remboursé par la Sécu. Il coûte la bagatelle de 500 euros par mois.

Est-ce que quelqu’un peut m’expliquer la logique derrière ce remboursement ? Je lis sur l’express… 

Reste que ce traitement préventif, aussi efficace soit-il, ne doit absolument pas « se substituer au préservatif », comme l'a souligné Marisol Touraine. « Il permet de répondre à des situations dans lesquelles le préservatif ne trouve pas sa place, ou de répondre à des personnes qui ne peuvent pas, pour différentes raisons, en avoir un usage systématique, alors que ces personnes évoluent au sein de groupes où la prévalence et l'incidence du VIH sont élevées. » Un message martelé par tous les acteurs de la lutte contre cette maladie, qui estiment à 500 le nombre de personnes découvrant leur séropositivité chaque mois dans notre pays.

Qui pourra justifier de ne pas utiliser de préservatif ? C'est quoi "ne pas trouver sa place" ? C'est quoi les "différentes raisons" ? Qu’est ce qui va empêcher un médecin compréhensif de prescrire ce médicament à n’importe quel patient qui n’aime pas baiser avec du plastic ?

Les associations LBGT semblent très satisfaites. Pourquoi ? Pour qui ?

Je ne crois pas être particulièrement réac en matière de mœurs mais là, je ne comprends pas. Merci de m’apporter vos lumières.

A propos de GILEAD, 40'000 euros pour traiter une hépatite C c'est cher mais au moins ceci s'adresse à des malades.

Commentaires

L'article de Romero ne m'éclaire pas vraiment...

Écrit par : Joël | 28/11/2015

On ne peut pas demander sur un militant de la cause gay d'etre objectif sur ce point. On peut penser que le personnel hospitalier qui traite des patients contaminés pourraient être un cible mais dans ce cas, c'est carrément un outil de travail à distribuer gratos.

Il y aura un vrai débat quand le FN s'emparera du sujet pour en faire un scandale. Ce sera trop tard.

Truvada, c'est m'a rappelé un paillarde que je retrouve ici
http://www.chansons-paillardes.net/chansons_paillardes/Breviaire-paillardes/Les_Paroles/Auberge_De_Lecu.html

A l’auberge de l’écu,
On apprend à jouer de l’épinette,
A l’auberge de l’écu,
On apprend à jouer du ...

Trou la la, trou la la,
Trou la, trou la, trou la laire,
Trou la la, trou la la,
Trou la, trou la, trou la la.

Écrit par : Paul | 28/11/2015

A propos de GILEAD, ils voulaient 80'000 dollars pour UN seul traitement de l'hépatite C, la sécu a négocié à moitié, bien ou mal je ne sais pas.

Mais si vous tapez "GILEAD rachat" sur Google vous allez voir les milliards investis pour des rachats de sociétés ces dernières années... Comme dans le numérique, la pharma fait monter la sauce et le con qui paie c'est le client, le patient... Et personne pour freiner cette escalade et remettre de temps en temps le bien commun au milieu de la scène financière.

Écrit par : Joel | 28/11/2015

Il semblerait que le calcul économique soit que la prévention coûte moins cher que le soin. Sachant que la tritérapie coûte de 1000 à 1500 euros mensuel.

Il faudrait que le Truvada permette de prévenir au moins un sida sur trois. Ambitieux me semble-t-il et illogique quand on la ramène à la proposition de Romero de mettre la prescription aux mains des généralistes.
http://www.huffingtonpost.fr/jeanluc-romero/prep-prevention-sida_b_8645720.html

Écrit par : Boss | 02/12/2015

Les commentaires sont fermés.