Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2015

État d’urgence

jugulaire-nouveau-3.jpgJe me souviens d’un matin où je me rendais au travail sur mon fier destrier, un scooter japonais, m’être fait arrêter par deux policiers en voiture toutes sirènes hurlantes. Avec des manières de cowboys, ils ont commencé à douter de mon bon droit à conduire un 125 en Suisse, il ont donc appelé le commissariat pour vérifier. Constatant que je pouvais, ils ont commencer à me questionner sur ma destination, sur la route que j’allais prendre. Finalement, ils m’ont collé une amende parce que je n’avais pas attaché ma jugulaire*.  

Il y a peu, mon beau frère s’est fait coller une amende parce que deux pandores l’avaient vu téléphoner en voiture. Or le téléphone était éteint dans la boite à gants. Pas de témoin, pas de recours possible, total : moins trois points et une bonne amende.

Récemment, un ami s’est fait coller une prune pour n’être pas passé par la bonne porte pour sortir du métro alors qu’il avait un titre de transport en ordre. Inflexibles les keufs ! Faut payer !

Ceci peut arriver à tout le monde. J’espère donc que ces trois mois d’état d’urgence serviront à nous purger de la racaille terroriste mais que la pèriode ne sera pas prolongée au-delà parce que l’arbitraire sécuritaire, ce n’est pas trop mon truc. Et puis, je voudrais bien voir la gueule du sécuritaire moyen, FN ou LR, quand il se fait accuser de téléphoner sans téléphone et qu’il prend 3 points de moins sur son permis. Est-ce qu'il réclamerait plus de mesures d'urgence ?

137026.jpgVocabulaire:

*Jugulaire – adjectif relatif au cou. C’est ainsi que les militaires appellent la courroie qui maintien le casque. Encore un terme militaire comme le mot dragonne, qui tient le bâton de ski et qui avant tenait le sabre du dragon.

Si votre femme abuse, qu'elle vous attige, dites « ma femme est un dragon » plutôt que "Ma femme est une dragonne" qui me tient par le licou. Le licou ou licol est une sorte de dragonne ou de jugulaire que l'on met autour du cou des chevaux.


*Pour les non francophones, une prune est une amende, une contravention, une contredanse ou encore un procès-verbal. Un keuf est un flic, un policier, un gendarme et même un pandore…

17:42 Publié dans Blog, Mots | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

"deux pandores l’avaient vu téléphoner en voiture. Or le téléphone était éteint dans la boite à gants. Pas de témoin, pas de recours possible, total : moins trois points et une bonne amende."

C'est arrivé à ma sœur qui a un tic, se toucher l'oreille, surtout quand elle s'ennuie. Elle a demandé aux gendarmes de consulter son téléphone pour prouver que pas d'appel (entrant ou sortant) Mais ont répliqué qu'ils n'avaient pas le droit, respect de la vie privée ! ben couillon ! Tu payes pour éviter de profiter de la "confiance en la justice de ton pays".
http://lefenetrou.blogspot.fr/2015/11/gueant-cest-geant.html

Pourtant chaque jour je vois des automobilistes le téléphone à l'oreille, en grande discussion, y compris dans les rond-points. Il m'arrive de taper sur leur pare-brise sans qu'ils réagissent.
Le comble, un type tournant à un carrefour à Nantes, l'ordinateur sur ses genoux, le téléphone à l'oreille et tapant sur son clavier. Un artiste de cirque le type ! Il m'a coupé la piste cyclable, à l'aise le type.

Pour la dragonne, effectivement il faut la fixer. J'oublie souvent ou elle n'est pas tendue. J'ai vu un cycliste se tuer devant moi, son casque est tombé avant que sa tête ne cogne une bordure de trottoir en bon granit...chinois.
Je ne portais pas de casque ne voulant pas aller vers une société où il faudrait sortir en 4x4 armé de pare-buffle ou en armure. Et puis, suite à cette mort, je m'y suis mis.

P.S.

Quand on est en état d'urgence à Nantes, on est bien en peine. Tu peux chercher des chiottes ou des pissotières publiques. Plus rare que de voir un automobiliste le téléphone à l'oreille. Et le dimanche a-m, tu peux faire des km sans rencontrer de café ouvert.
Positivons, on peut chanter...
http://lefenetrou.blogspot.fr/2015/11/le-chant-feminin-en-solo-peut-etre.html

Écrit par : Aredius44 | 21/11/2015

Marrant, mon beauf a aussi une sorte de tic, il se recoiffe sans cesse avec la main. Un truc de vieux beau. Faut dire qu'il a une chevelure magnifique et que je suis un peu jaloux.

A part ça, il vaut mieux mettre la jugulaire que la dragonne :-) pour bien tenir le casque. Difficile sur le vélo de téléphoner, attacher la jugulaire et consulter l'ordinateur en même temps tout en tendant le bras pour signaler qu'on tourne à gauche.

Écrit par : Joël | 21/11/2015

Olalà! Ca me touche!! Despuis quelques années, le (maladroit) gouvernement de mon pays, il lui a déclaré la guerre "au trafic de drogues".

Jusqu'à jour d´aujourd'hui je ne comprends pas pourquoi ils n´ont pas déclaré "la guerre à la pauvreté" (beaucoup plus facile de combattre et que peut aider à finir avec l'autre guerre stupide, qui a causé la perte de tant de vies humaines).

Alors, on a des “keufs” dans la rue et même, parfois, on a l´armée sur les routes (à la recherche de "narcotraficantes").

Il y quelque temps, mon mari a été engagé pour construire des condominiums sur la plage. Chaque semaine il portait de l'argent en espèces, pour payer aux travailleurs. Un jour de paiement, son voiture a été arrêté par l´armée sur la route, ils avaient des "longues armes" et ils lui ont demandé où il y allait. “Je suis architecte, il a repondú, je construis huit condominiums sur la plage. J'y vais pour payer aux travailleurs. Le militaire lui a demandé : où est-il , l'argent ? Mon mari a tiré de la boite a gants une grosse liasse de billets. L'homme a pris l'argent et il s´est allé vers sa camionnette à parler à ses supérieurs.

Pendant tout ce temps là, mon mari avait de sueur froid, assis dans sa voiture. Il a pensé à tout:" ils peuvent croire que je suis narcotrafiquant, ou bien ils peuvent "semer" drogue dans ma voiture pour me blamer etc. etc " un vrai cauchemar!

Finalement, le militaire est revenue et lui a demandé s'il avait une preuve de que cet argent était pour payer des maçons d'une construction.
Heureusement, mon époux avait la liste des noms des travailleurs et les quantités hebdomadaires qu'il payait. Il a suggéré aussi aux militaires de lui accompagner (seulement 12 kilomètres) pour vérifier ce qu´il allait faire. Ca n'a pas été nécessaire, le militaire lui a rendu l'argent et lui a dit : “Vaya bien arquitecto”. Mon mari, il a cessé de transpirer.

Depuis ce jour la, il donne des chèques aux travailleurs. Ils n´aiment pas. Samedi, le jour de paiement, il est un peu compliqué de changer des chèques, il a des longues queues à la banque mais… le risque est trôp grande.

L’arbitraire sécuritaire, ce n’est pas trop mon truc non plus. :/

Je m'excuse de cette longue recit. Je n'ai pas pu résister. Saludos et merci pour les " traductions pour les non francophones" ana

Écrit par : ana | 21/11/2015

Les commentaires sont fermés.