Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/09/2015

Canonisation

Juniperro-serra.jpgHier,  au Sanctuaire national de l’Immaculée Conception à Washington, le pape François a canonisé Junìpero Serra. On a donc un nouveau saint.

Qui était donc Junìpero Serra ?

Commençons d’abord par la question « C’est quoi un saint ? ». Selon Wikipedia, « C’est, ou plutôt c’était, un être exemplaire proposé comme modèle de vie aux croyants. » Les saints sont, nous dit-on, avec les anges quelque part à la droite de Dieu. A sa gauche, il n’y a personne. Pas loin, il y a aussi des petits saints que l’on appelle des béatifiés.

Qu’avait donc Junìpero de si exemplaire pour avoir mérité la béatification par Popaul II et la canonisation par François I  ? Selon Wikipedia :

Junípero Serra entra chez les Franciscains en 1730. En 1749, il part pour le Mexique. C’est à l’âge de 55 ans que ce petit homme, pas particulièrement robuste et marchant à l'aide d’une canne, accepte la tâche de coordonner les activités missionnaires en Californie.

En décembre 1774, le Vice-roi lui propose de participer à une expédition en Californie centrale, sous le commandement du capitaine de marine Juan Bautista de Anza. C'est ainsi qu'un premier camp militaire est établi. On y célèbre la messe. Ceci est le prélude à la création de nombreuses missions.

Selon un article publié ici, lors de l'ère missionnaire espagnole, le système a contribué directement ou indirectement à la mort de la moitié de la population Indienne de la Californie, population qui était estimée entre 300.000 et 1 million de personnes avant le premier contact avec les missionnaires catholiques. Les Indiens de la Californie, assujettis dans ces missions, parlaient entre 64 et 80 langues différentes et faisaient partie de la région la plus peuplée et variée parmi tous les autochtones de l'Amérique du Nord avant la colonisation. Les épidémies, les guerres et les conditions de vie dans les missions les ont décimés. Missions où ils se tuaient à la tâche et mourraient de faim. A partir de 1910, après un siècle et demi de missions, de ruées vers l'or et de réserves, il ne restait que 15.850 Indiens en Californie. 

 

On peut donc en conclure que Junipero Serra a contribué au génocide des indiens de Californie. Et c'est cet homme que le pape François propose comme exemple aux fidèles.

 

Pendant ce temps on se bouscule à La Mecque.

Et que fait Dieu dans tout ça ?

 

12:21 Publié dans Religion | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

Dieu ? Crois tu qu'il existe ?
Un être unique et suprême peut être... mais qui n'aurait aucune influence sur l'humanité
C'est l'être humain qui devrait faire... quoi ?
Commencer par ne rien faire de ce qu'il fait en ce moment...
Il y a de belles personnes, mais comme les trains qui arrivent à l'heure, on n'en parle que rarement

Écrit par : Françoise | 24/09/2015

Il y a encore pas mal de gens pour y croire Françoise. Perso, je suis un adepte du pastafarisme...
http://perinet.blogspirit.com/archive/2011/08/30/pastafari.html

Il est bien possible,, que Dieu n'aie rien à voir avec les agissements de Junìpero Serra ou ceux de François I ni avec les tiens ou les miens, ce n'est donc pas une raison pour donner en exemple aux croyants un génocidaire du siècle des Lumières.

Écrit par : Joël | 24/09/2015

Comme vous dites, moi perso, je laisserais Dieu la paix et je penserais à ce qui est arrivé en Amérique après sa "découverte". Surtout, aux hommes qui sont venus à apporter la bible (les Anglais) ou la croix et l´evangile (les Espagnols et Portugais) et, en même temps, par "coincidence", s´approprier de la terre, de l'or et tout ce qu´ils ont trouvé à sa portée. Des hommes, arrivés à détruire d'autres hommes, leur culture, leur langue et leur religion etc.

Il ne me semble que soit Dieu, mais ces hommes ci qui, en son nom, l´utilisant comme drapeau, s'approprient de “la franchise de Dieu” pour arriver à ses propres fins (qui ne sont pas précisément très pieuses).

À propos des moines missionnaires comme Fray Junípero Serra, je ne suis pas sûre. C'était les temps du oscurantisme religieux pas de lumière, (oscure, comme aujourd´hui, encore) . Durant la "conquête" il y a eu plusieurs moines et, je m'imagine qu'il y en a eu certains bien intentionnés, mais, les bonnes intentions ne sont jamais suffisantes…malheureusement

Écrit par : ana | 29/09/2015

Des autres tragedies de l´oscurantisme. El auto de fé de Maní.

http://www.legrandjournal.com.mx/2011/06/yucatan-histoire-l%E2%80%99acte-de-foi-de-mani/

Écrit par : ana | 29/09/2015

Les bonnes intentions sans doute mais accompagné de l'armée espagnole.

Je cite à nouveau la phrade du Kenyan Jomo Kenyatta : « Ils avaient la Bible et nous la terre. Ils nous ont appris à prier les yeux fermés. Quand nous les avons ouverts, nous avions la Bible et eux la terre »

Je suis passé non loin de Mani mais je ne connaissais pas l'histoire de l'autodafé.

Écrit par : Joël | 29/09/2015

Une clarification: quand je parlais des "bonnes intentions" je ne me rapportais à tous les moines et, bien sûr, jamais à Diego de Landa.

Je crois que certains entre eux, nous pouvons leur accorder le bénéfice du doute. Ceux-ci, ils ont du "se battre" contre l'armée espagnole.

Fray Vasco de Quiroga, aimé par les natives et surnommé par ceux-ci: "Tata Vasco" (papa Vasco) c'est l'un d'eux.

Écrit par : ana | 29/09/2015

Les commentaires sont fermés.