Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2014

Des couleurs

Geluck2.jpgVialatte pensait que la grammaire était, après le cheval, et à côté de l'art des jardins, l'un de sports les plus agréables. La grammaire, c’est comme le parapluie, disait-il, c’est comme les progrès de l’industrie, c’est ce qu’on appelle la civilisation. Il faut y croire malgré les apparences. Où serait le plaisir? Mais c’est comme l’horizon : elle recule à mesure qu’on avance. On y tend, on n’y touche jamais. La grammaire est une asymptote.

Il disait aussi : « La Grammaire est une belle personne, un peu sèche, un peu tatillonne, autoritaire et chichiteuse, un peu osseuse, un peu chameau, mais enfin, pour un jeune homme pauvre et qui n’a pas trop d’ambition, c’est un parti qui mérite un coup d’œil. »

abcc66ca.jpgJe viens de me farcir l’accord des adjectifs de couleur et j'ai peine à être d'accord avec Alexandre sur ce sujet. C’est effrayant ! Vous allez voir : l’adjectif de couleur simple s’accorde en genre et en nombre. Les adjectifs issus d’un animal, de fleur, de plante, de fruit, d’aliments, de pierre sont invariables (à noter que invariable s'accorde).

Jusque là, tout va bien. On dit donc des avocats marron si on parle du fruit, sinon, pour les avocats véreux, pourris, corrompus… affairistes on dit des avocats marrons ce qui au féminin donne des avocates marronnes. Je ne nommerai personne. Voili-voilou !

Comment les différencier ? Pas facile, commençons par les couleurs simples à apprendre par cœur : Alezan, aubère, bai, baillet, basané, beige, bis, blafard, blanc, blême, bleu, blond, brun, châtain, cramoisi, cyan, écarlate, écru, fauve, glauque, gris, incarnat, jaune, livide, louvet, mauve, moreau, noir, opalin, pers, pinchard, pourpre, rose, rouan, rouge, roux, tourdille, vermeil, vert, violet, zain et zinzolin.

3156139082_1_2_c72HqZTa.jpgJe rappelle que zinzolin a lui seul peut être rouge-pourpre …la couleur roussâtre est attesté en 1635. Le Dictionnaire du tapissier définit le zizzolin ou zinzolin comme une garance pourpre… ou rouge-orangé ... une couleur que l’instruction générale pour la teinture de 1671 dit obtenue avec la garance et voisine de la couleur de... la tuile. Peut-être pas jaune, gris ou bleu … mais mauve dans les nuanciers modernes. Il arrive que les zinnias, sous une certaine luminosité, aient des reflets zinzolins.

Quant à alezan, aubère, baillet, louvet, pinchard, rouan ou zain, prière de consulter votre dictionnaire du cheval préféré.

Les adjectifs de couleur pas simples et invariables sont canari, chamois, crevette, isabelle (?), pie, puce, sépia, serin, saumon, souris, taupe, acajou. Amadou, amaranthe ou amarante, bruyère, cannelle, capucine, châtaigne, coquelicot, cyclamen, ébène, fuschia ou fuchsia, garance, indigo, jonquille, lavande, lilas, noyer, pervenche, paille, pivoine, safran, tilleul, réséda, tabac, abricot, amande, aubergine, avocat (Hé oui, les marrons peuvent aussi être avocat), banane, cacao, cachou, carotte, cassis. Cerise, citron, clémentine, épinard, fraise, framboise, groseille, kaki, maïs, marron, melon, noisette, orange, olive, pastèque,  pêche, pistache, prune, tomate, absinthe, bordeaux, café, cannelle, caramel, champagne, chocolat, cognac, crème, miel, moka, moutarde, muscade, porto, thé, acajou, acier, agate, albâtre, ambre, améthyste, anthracite, ardoise, argent,  argile, bistre, bitume, brique, bronze, céladon, corail, cuivre, ébène, émeraude, étain, fer, grenat, ivoire, jade, mastic, nacre, ocre, or, perle, platine, rouille, saphir, soufre, rubis, topaze, turquoise, aurore, azur, havane, magenta, marine, marengo, pastel...

Attention : Les adjectifs formés à partir d’un nom de couleur eux s’accordent en genre et en nombre…

Argenté, basané, blanchâtre, bleuté, brunâtre, cuivré, doré, jaunâtre, grisâtre, mordoré, noiraud, olivâtre, orangé, rosé, rougeaud, rouquin, rubicond, verdâtre, verdoyant, violacé...

 

Attention : Les adjectifs de couleur composés de plusieurs mots (deux adjectifs, un adjectif + un nom, un adjectif + un complément, etc.) demeurent invariables.

 

On dit donc des juments grises, des juments pinchardes, des juments pervenche, des juments grisâtres, des juments gris souris ou caca d'oie ou bleu roi ou feuille-morte...

Attention au trait d’union…

Les adjectifs de couleur composés ne prennent généralement pas de trait d’union sauf :
- lorsque l’on met ensemble deux adjectifs de couleur.

Ex. : bleu-vert, gris-brun, jaune-vert.

- lorsque l’on emploie un nom composé

Ex. : arc-en-ciel, cuisse-de-nymphe, feuille-morte, sang-de-bœuf, vert-de-gris.

Attention : La juxtaposition des adjectifs de couleur les rend invariables.

Ex. : Tricolores, ces drapeaux vert, azur et orangé attirent le regard.
(Chacun des drapeaux affiche les trois couleurs.)

Mais on dit :

Ex. : Des chattes grises, noires, marron et blanches me dévisageaient d’un regard sauvage.
(Il y a des félins gris, des noirs et des blancs et des marron.)

Merci à ameliorersonfrancais.com pour ces précisions utiles.

15:49 Publié dans Vialatte | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

"isabelle" il me semble c'est une couleur de cheval. Non ?

Et le plus fort de tout c'est que le mot long est plus long que le mot court !

Une histoire de niveaux... de langage. Comme quoi les histoires de robinets qui fuient étaient à notre époque une preuve du caractère trans-disciplinaire de l'enseignement de l'école primaire. Un scandale que de dire "école primaire" ! primaire, primaire, ai-je l'air...

Salut, je vais voir la tévé ce soir. Le Limousin à l'honneur sur la 3, avant qu'il ne disparaissent dans la Grande Région. Peut-être que le limogeage disparaîtra !

Écrit par : Aredius | 03/12/2014

Oui Isabelle est une couleur de robe... de ch'val. C'est donc à mettre dans la première catégorie des adjectifs qui s'accordent. Des juments isabelles.

Il faut que le limogeage s'accélère, dans la politique et même dans les entreprises, on a beaucoup trop de généraux incapables.

Écrit par : Joël | 04/12/2014

Olala! Merci beaucoup Joel pour ce billet magnifique et par le link pour améliorer son français (dont j'ai tant besoin! )

À propos, les américains, ils ont la couleur "alice blue", que vient des robes bleus que portait Alice, la fille du président Theodore Rooselvelt.

Vous voyes? Les couleurs ont, parfois, quelque chose a voir avec la politique ("only in América") Sourires!

Écrit par : ana | 05/12/2014

Je ne sais pas si ce link marchera bien ou non, c'est la chanson "Alice blue gown" que mon père aimait beaucoup. Saludos, ana

https://www.youtube.com/watch?v=sR349baBq9Q

Écrit par : ana | 05/12/2014

Étonnant la robe d’Alice immortalisée au Pays des Merveilles, les US bien sur ;-)

Fascinant ce domaine des couleurs.

Le bleu par exemple, on en fait avec :

• de l’azurite, un minéral naturel (carbonate de cuivre).
• du verre coloré au cuivre et broyé en poudre pigmentaire, le bleu d’Alexandrie, qui devient plus tard le bleu égyptien. La recette se perd au cours du Moyen Âge.
• des feuilles de guède (Isatis tinctoria) pour l’indigo (le pastel des teinturiers)
• lapis-lazuli (le ‘’bleu outremer’’) venu d’Afghanistan et le bleu d’azurite, moins précieux.
• verre coloré au cobalt puis broyé. Ler Smalt
• par réaction de la potasse sur du sulfate de fer, on obtient bleu de Prusse.
• du cobalt pour le bleu de cobalt.
• Il y a encore le bleu outremer véritable, très cher, Le bleu Guimet chimiquement identique et bon marché, le bleu céruléum, aussi à base de cobalt, le bleu de phtalo, appelé aussi bleu monastral...
• En 1960 Yves Klein mégalo fait breveté un bleu très profond, sous le nom de IKB International Klein Blue.

Écrit par : Joël | 05/12/2014

Caramba! J'ai les bleus! ;)

https://www.youtube.com/watch?v=aFBYTZMn2b4

Écrit par : ana | 12/12/2014

Les commentaires sont fermés.