Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2014

Conte d'été -FIN-

Jon-Gnarr.jpgIl y a sans doute d’autres éléments à ajouter sur la véritable histoire de Jòn Gnarr. Vous trouverez bien des choses sur le web mais le plus souvent c’est en anglais ou en islandais. Pas facile l’islandais !

Ce qui m’a le plus plu (oui au mois de juillet, il a beaucoup plu) chez Jòn c’est sa fraîcheur d’esprit et l’idée que l’on peut et que l’on doit changer la démocratie. Voir le système proposé par Etienne Chouard  A la question posée sur l’entrée de l’Islande dans l’Europe, Jòn Gnarr répond quelque chose comme : « C’est une bonne idée, profitons d’abord du fait d’être un petit pays pour améliorer notre démocratie, ensuite proposons à l’Europe de faire parti de l’Islande. » Beau programme ! 

L’un des chroniqueurs les plus lus (et qui a plu) du Fréttablaðið, Guðmundur Andri Thorsson, écrivain et musicien, écrit dans l’une de ses chroniques récentes à propos de Jòn…

Lorsqu’il était interviewé sur la voirie ou sur des dossiers du même ordre, on voyait combien il se concentrait, ses yeux erraient d‘un point à un autre, il était évident qu’il avait un nombre de réponses stupides et d’improvisations rigolotes qui lui passaient par la tête sur le sujet en question – il pouvait choisir comment il répondrait, on sentait le bouillonnement pendant qu’il formulait sa réponse, mais quand elle sortait finalement, elle n’était pas forcément géniale, pas d’âneries, pas de hors sujet, rien de ce qu’il avait certainement envisagé en premier. Il essayait vraiment de répondre de la façon qu’il estimait être la plus juste, la plus vraie sur le sujet et s’il ne savait rien, il le disait. Tel était le politicien Jon Gnarr. Il essayait toujours de dire la vérité. Il nous a apporté l’individu dans la politique et une pause dans la diarrhée verbale. Politicien, il était notre représentant. Mais en fin de parcours, ce rôle, le rôle du politicien, a dû être une charge bien lourde pour le pilote.

Politicien apolitique ? Jon Gnarr répondrait sans doute « qu’est ce que la politique ? », mais il s’est certainement davantage approché du vrai sens du mot politique que beaucoup de professionnels de la politique. Apolitique ? Certainement pas ! Jon Gnarr était bien au delà du simple gestionnaire. Un nouveau phénomène, une alternative à la politique classique ? Probablement pas, dans la mesure où sa politique était liée à la manière dont la personne Jon Gnarr l’envisage et la vit. Il avait fait des promesses électorales, pour beaucoup farfelues pour en montrer la vacuité, et en annonçant d’emblée qu’il ne les tiendrait pas forcément

jon+gnarr+skrifstofa.jpg

07:13 Publié dans Textes | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.