Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/08/2014

Conte d'été -11-

Lao_Tseu.gifL'histoire commence ici

La suite, toujours d'après l'excellent l'article du Tages Anzeiger un peu réarrangé par mes soins...

Après quatre ans avec des anarchistes à la tête de Reykjavík, le bilan est assez inattendu : les punks ont assaini les finances. Ils ont tenu quelques discours particulièrement réussis, construit plusieurs dizaines de kilomètres de pistes cyclables, conçu un plan d’urbanisme, réorganisé les écoles (dommage que Vincent Peillon, le lâcheur planqué en député européen, n’en ait pas pris de la graine), développé les petits ateliers d’art et fait de la capitale une ville agréable à vivre et en plein essor : le tourisme enregistre une croissance de 20 % chaque année (ce que certains qualifient de nouvelle bulle). Le prix de l’immobilier recommence à grimper, des hôtels sortent de terre un peu partout, les costumes ne sont toujours pas revenus à la mode mais on voit beaucoup plus de Range Rover dans les rues. Le pays a de nouveau la folie des grandeurs.

20121128-153445.jpg
“Le truc le plus radical qu’on ait fait, c’est d’arriver au pouvoir, analyse Björn Blöndal, l’ex bassiste du groupe Heavy metal Ham devenu le Prince des ténèbres. Sinon, on a surtout travaillé. Encore que : le truc radical aussi, c’est d’avoir travaillé proprement. On a engagé des réformes sans aucun argent. En tant qu’artistes, on avait l’habitude de travailler avec de petits budgets, ça nous a aidés. On ne voulait pas faire sauter le système. On voulait construire quelque chose : quelque chose de beau, de divertissant et de cool.” De toute évidence, le Meilleur Parti a rempli son contrat. Il était donné à 38 % dans les sondages en fin de mandat.

Ce succès est aussi dû à Dagur B. Eggertsson, le leader des sociaux démocrates et ex-maire de Reykjavík nommé président du conseil exécutif de la ville par Jòn Gnarr et très actif pendant le mandat.

Jón  sollicité pour rempiler en 2014 s’est finalement résolu à arrêter et dissoudre le Meilleur Parti : “Je suis un humoriste, pas un homme politique. J’ai été chauffeur de taxi pendant quatre ans, et même un très bon chauffeur de taxi, mais j’ai quand même arrêté.” D’autres continuent et ont créé le parti Avenir radieux pour reprendre le flambeau. Les ex du group Ham, Óttarr Proppé désormais député au Parlement islandais et Björn Blöndal, le Prince des ténèbres, évoluent en politique comme poissons dans l’eau : “C’est marrant, une fois qu’on a appris à changer les choses, et qu’on devient bon. La politique, c’est de l’artisanat.”

06:37 Publié dans Textes | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.