Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2013

Barghout

 ane-7.jpgUn âne à deux pattes.

Un tract de cet homme politique ambitieux m’a rappelé une brève histoire trouvée dans Mendiants et orgueilleux de Albert Cossery.

Un tract qui dit vouloir faire appel à l’intelligence de ses concitoyens.

Appel à l'intelligence qui, dixit le vieux sage, laisse à penser que, comme les autres, il nous prend pour des cons.

  • Dieu est grand ! répondit le mendiant. Mais qu’importe les affaires. Il y a tant de joie dans l’existence. Tu ne connais pas l’histoire des élections ?
  • Non, je ne lis jamais les journaux.
  • Celle-là n’était pas dans les journaux. C’est quelqu’un qui me l’a racontée.
  • Alors je t’écoute.
  • Eh bien ! Cela s’est passé il y a quelque temps dans un petit village de Basse-Égypte, pendant les élections pour le maire. Quand les employés du gouvernement ouvrirent les urnes, ils s’aperçurent que la majorité des bulletins de vote portaient le nom de Barghout. Les employés du gouvernement ne connaissaient pas ce nom-là ; il n’était sur la liste d’aucun parti. Affolés, ils allèrent aux renseignements et furent sidérés d’apprendre que Barghout était le nom d’un âne très estimé pour sa sagesse dans tout le village. Presque tous les habitants avaient voté pour lui. Qu’est-ce que tu penses de cette histoire ?


Gohar respira avec allégresse ; il était ravi. « Ils sont ignorants et illettrés, pensa-t-il, pourtant ils viennent de faire la chose la plus intelligente que le monde ait connue depuis qu’il y a des élections. » Le comportement de ces paysans perdus au fond de leur village était le témoignage réconfortant sans lequel la vie deviendrait impossible. Gohar était anéanti d’admiration. La nature de sa joie était si pénétrante qu’il resta un moment épouvanté à regarder le mendiant. Un milan vint se poser sur la chaussée, à quelques pas d’eux, fureta du bec à la recherche de quelque pourriture, ne trouva rien et reprit son vol.

  • Admirable ! s’exclama Gohar. Et comment se termine l’histoire ?
  • Certainement il ne fut pas élu. Tu penses bien, un âne à quatre pattes ! Ce qu’ils voulaient, en haut lieu, c’était un âne à deux pattes.

 

07:59 Publié dans St Julien | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Hum, de qui parle t'on ? Mon homonyme du XVII ième disait déjà : "Qui veut faire l'ange fait la bête".

Écrit par : Pascal | 29/10/2013

Les commentaires sont fermés.