Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2013

Démocratie

9782130607298.jpg

Bel exemple de démocratie des crédules jeudi soir à St Julien en Genevois.

La démocratie des crédules est un livre de Gérald Bronner publié au Presses Universitaires de France et qui tente d’expliquer comment les mythes du complot envahissent-ils l'esprit de nos contemporains ; comment le traitement de la politique se peopolise. Comment un jeune homme prétendant être le fils de Mickael Jackson, et avoir été violé par Nicolas Sarkozy, a-t-il pu être interviewé à un grand journal de 20 heures ?

Comment, d'une façon générale, des faits imaginaires ou inventés, voire franchement mensongers, arrivent-ils à se diffuser, à emporter l'adhésion des publics, à infléchir les décisions des politiques, en bref, à façonner une partie du monde dans lequel nous vivons ?

Lors de la commission financière qui prépare le budget de la ville de St Julien, une augmentation des impôts à été proposée au débat, ce qui, avouez-le, est courageux un an avant les élections. Un augmentation jugée utile pour continuer de « faire une ville », opération entreprise depuis 12 ans. Utile mais bien sûr pas indispensable.

St Julien est une ville riche. C'est une ville qui a un fort taux de croissance de sa population, parmi les plus hauts de France. C’est aussi la ville centre de son canton, ce qui entraîne des investissements importants si on veut préparer l’avenir dans de bonnes conditions. Il faut aussi savoir que l’année prochaine, en pleine élection, il ne sera pas possible d’augmenter. Bien sûr, augmenter les impôts n’est pas le genre de décision qui se prend facilement à l’unanimité. La majorité était donc partagée.

En commission des finances, une augmentation de 2% a finalement été proposée. Un membre de l’opposition présent a même voté pour. De plus, le leader de la minorité, par ailleurs conseiller général du canton, a répèté à l’envie, et depuis le début du mandat, aux communes du canton qu’ici les impôts sont trop bas. Ville et villages frontaliers ont effectivement la chance de payer nettement moins d’impôts que la moyenne nationale.

Mais surprise, dans les jours qui précèdent la séance du conseil municipal, qui doit voter le budget, ce même leader se met à mener une campagne d’intoxication énorme sur son blog contre l’augmentation. Il lance même une pétition, et fait, paraît-il, du porte à porte pour la faire signer. Il rédige un grand nombre de notes sur son blog. C'est une grande campagne de marketing à la manière des marchands de savons ou de cigarettes ou encore des activistes de tous poils.

Entre temps, la majorité municipale, un peu hésitante sur l’opportunité de cette augmentation, et qui se réunit le mardi qui précède le conseil, continue de peser le pour et le contre et finalement décide de retirer l’augmentation. Du coup, lors du conseil, la minorité en fait des gorges chaudes.

Nous voilà en pleine démocratie des crédules : Comment une minorité qui fait feu de tout bois tente d’emporter l'adhésion des publics, d’infléchir les décisions de l’exécutif en s’appuyant sur l’argument très populiste du trop d’impôts.

Fallait-il augmenter ? La question demeure. La décision n’était pas facile et, en tous cas, ne justifiait pas la litanie d’adjectifs employés sur le blog (inutile, excessive, injuste, inefficace, dangereuse, disproportionnée, illégitime, inacceptable.) A dire vrai, tout ce qui est excessif est insignifiant.

Les impôts n’augmenteront donc pas dans les deux prochaines années. A court terme, c’est une bonne nouvelle pour les saint Juliennois. Mais faut-il gouverner dans le court terme ?

11:43 Publié dans St Julien | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.