Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2013

Limonov

livre-limonov-renaudot.jpg

Emmanuel Carrère


Limonov



Edouard Limonov est un sale type. Il est persuadé d'être un génie et que si on ne reconnait pas comme tel, la vie ne vaut rien. En tout cas, il ne fait rien pour devenir un génie adulé des foules sauf peut-être à creuser son trou de sale type, poète, anar, écrivain inclassable, voyou, homo chez les blacks en Amérique, people, chef de parti, guerrier en Bosnie, activiste politique, punk, amateur de lolitas, contre-ce-qui-est-pour et pour-ce-qui-est-contre, communiste avec les capitalistes, fasciste avec les démocrates, démocrate avec les fascistes… bref un sale con mais bien attachant au fil des pages.

Limonov peut être généreux, il est politiquement incorrect, persuadé qu'il a un Destin... né sous Staline, il quitte l'URSS sous Brejnev pour New York, pigiste, clochard, majordome stylé par devant, il a par derrière une haine viscérale des riches. Edité à Paris où il va croiser Emmanuel Carrère. Il devient la coqueluche du milieu avant-gardiste, fréquente le troublion Jean Edern Fou à Lier. Quand l’URSS s'effondre, il retourne dans sa patrie, puis il lutte du côté des Serbes, il devient personna non grata en Occident. Il déteste ce que la Russie est devenue, il fonde le parti national-bolchevik (les Nasbols), il fait de la prison, il s'adonne à la méditation, vit une expérience mystique digne de Pascal...

Comme le dit son biographe Emmanuel Carrère, si ce livre était un livre d’imagination on pourrait dire qu’il est too much, excessif, mal dosé. Le problème, c’est que Limonov existe, qu’il vit aujourd'hui en Russie, il a 70 ans et encore une belle vitalité, récemment il a invité Depardieu à le rejoindre dans son mouvement d’opposition à Poutine…

Carrère a bien choisi son héros donc. Comment faire plus romanesque qu’Edouard ? Emmanuel Carrère aime bien les sujets troubles et là il est servi et nous aussi car il ne se contente pas de nous détailler son héros, il nous le met en perspective dans le contexte de l’Empire éclaté des années 90, comme appelait déjà l’URSS de 1978 sa mère Hélène Carrère d’Encausse. Et c’est passionnant. Gorbatchev, Eltsine puis Poutine et tous les oligarques. On est scotché. On veut en savoir plus sur cette énorme arnaque néo-libérale qui a mis à genoux et dans la rue des millions de gens, qui a fait chuté la population russe de 7 millions d’habitants et l’espérance de vie de plusieurs années depuis le début des années 90.

Carrère est un grand écrivain. Sa plume est précise, son style agréable et parfaitement adapté à une biographie telle que celle-ci. J’avoue qu’un peu sceptique au départ, je me suis laissé embarqué comme dans le meilleur des romans par cette histoire dans l’Histoire et ce personnage flamboyant. Merci monsieur Carrère. Un Renaudot bien mérité.

23:04 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Ça me donne envie. Encore un livre de plus dans la file (pas la pile).

Écrit par : Aredius | 11/03/2013

Merci pour cette excellente critique.
POur en savoir plus sur Edouard Limonov, voir la grande interview qu'il a accordé l'an dernier à Axel Gylden ( publiée par les Editions de l'Express )
On peut la trouver ds son intégralité (chut !) sur ce site russe remarquable qui recense tout ce qui se publie sur Limonov ( des milliers de documents plus passionnants les uns que les autres ... et dans toutes les langues .. articles, photos, vidéos, livres ds leur intégralité (dt celui de Carrére) etc... ) http://ed-limonov.livejournal.com/641127.html

Écrit par : Erik | 11/03/2013

OK. Merci pour le lien. J'ajouterai la video à l'occasion.

Écrit par : Joël | 11/03/2013

Les commentaires sont fermés.