Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2013

Physique

d74b95b3e6f9.jpgBien sûr, chacun aimerait avoir un physique avantageux mais les lois de la nature, comme celles de la biologie ou de la physique nous amène sur la fameuse courbe de Gauss avec les très moches à gauche, les très beaux (belles) à droite et au milieu la masse au physique moyen comme vous et moi.

 

courbe-gauss.png

Par là, on voit que physique est un mot épicène. Épicène désigne un mot qui peut être masculin ou féminin en changeant ou nom de sens. En fait, les deux sens de physique ont la même étymologie qui est le mot grec phusis φυσις qui veut dire nature. Les latins transforment discrètement le i grec (qui est un faux car c'est un upsilon) et récupère le mot phusicos en physicus ou physica, qui se rapporte à la nature ou encore le savoir harmonieux sur la nature. Le français et d'autres langues font de même et le tour est joué.

Phusis vient du verbe grec phuo/phuein qui veut dire croître, engendrer. Verbe qui vient de l’indo-europèen bhu qui est le souffle de la vie. En sanskrit bhu signifie la terre, les cultures par opposition au ciel. On est donc dans le fondamental, l’essence même du Bhu-dda. Tout un programme !

Au départ donc, disons pour simplifier avec Aristote, Anaximandre, Héraclite, Parménide, Démocrite, Zénon ou Empédocle, l’étude de la nature, la physique donc, s’intéressait à la vie… puis progressivement la biologie se sépare de la physique sauf pour le physique de rêve de certains ou de certaines. Du coup, comme le vocabulaire a horreur du vide, on parle aussi de physiologie pour la science des êtres vivants.

En fait la beauté physique est une affaire de physionomie et, paradoxalement, si les physiques les plus beaux sont rares, certains prétendent que la beauté est une question de moyenne, d’autres que la perfection physique n’existe pas. Naturellement, on tranchera en affirmant que c’est l’harmonie qui compte.

800px-Physiognomy.jpg

Les physiognomonistes vous diront que les traits du visage dépeignent le caractère ou en tout cas les sentiments. J’en connais qui doivent avoir un sale caractère. Ma mère disait qu’il valait mieux avoir le caractère mieux fait que la figure et qu’il fallait surtout voir plus loin que le bout de son nez… Elle avait raison.  Pas physiognomoniste pour deux sous, Brassens pour sa part, connaissait une jolie fleur dans une peau de vache, une jolie vache déguisée en fleur qui fait la belle et qui vous attache et vous mène par le bout du coeur...

220px-Ubu-Jarry.pngOn peut donc aussi bien s’intéresser au physique corporel ou à la physique quelle soit nucléaire, corpusculaire, moléculaire, amusante ou encore à l’astrophysique, à la géophysique, à la microphysique etc…

Pour ma part, je m’intéresse de moins en moins au physique et de plus en plus à  pataphysique. L’âge sans doute. Je rappelle que la pataphysique est à la métaphysique ce que la métaphysique est à la physique. La pompe à phynance fonctionne à plein régime... On va toucher le fond.

Par ma chandelle verte, merdre !

Encore une note qui ne va pas contribuer à la vulgarisation des dernières nouvelles de l'homme. Tant pis !

16:18 Publié dans Mots | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

(Je tape à nouveau mon commentaire car je l'ai mal placé tout à l'heure, dans ta note en 2005! lol)

Salut Joel!

Comment tu vas? Ca fait longtemps que je t'ai pas écris.
J'espère que tout va bien à St Julien.

Eh oui, j'ai changé le blog cette année, car j'ai pas pu sauver le blog avant. Voici le lien pour le nouveau ;

http://blogcestchouette.blogspot.com/

A plustard!

Écrit par : Marc | 03/02/2013

Salut Marc,
Cela fait plaisir de te revoir.

Écrit par : Joël | 03/02/2013

Les commentaires sont fermés.