Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2013

Le Serval

 

220px-Serval2.jpgPour notre opération malienne, nous aurions pu choisir le coq qui est le seul animal qui continue de chanter les pieds dans la merde, comme le soulignait Coluche. Il faut dire que le coq a beaucoup servi.

En fait on a choisi le serval. Qu’est-ce que le serval ?

Le serval du latin cervus, cerf(?), est le seul animal du genre leptailurus. D’après Wikipedia et selon le docteur A.Déhaine il descendrait de la même branche d'arbre que le lion tout en étant unique. Il aurait bien quelques liens avec le guépard, et serait même proche du chat doré africain (chat-pard) et du caracal.

Le serval vit en Afrique sub-sub-sahélienne jusqu’au Cap de bonne espérance où il aurait disparu récemment. Il serait en passe de gagner le nord du Mali. 

Le serval aime bien montrer ses canines et friser sa moustache. Sa ressemblance avec le militaire français est frappante. Il se camoufle en utilisant un costume tacheté. L'aspect de son poil est variable : bien que la plupart des servals arborent de multiples points, certains n'ont pour marques apparentes, les lendemains de fête, que quelques taches au-dessus des yeux et des anneaux autour de la queue. Si nécéssaire, le serval peut uriner jusqu’à trente fois par heure pour marquer son territoire.

Le serval est capable d'escalader et de nager, mais il le fait rarement préférant quand c’est possible se reposer au soleil en attendant la prochaine gazelle. Pourtant, après avoir localisé sa proie il est capable de la sauter avec des bonds de 4 mètres en longueur et 1 mètre en hauteur sans élan. Il est aussi capable de ronronner surtout après l’amour. 

Il a de longues pattes et une tête élancée ; ses oreilles sont à la fois très longues et larges en comparaison avec sa tête et ont la particularité d'être arrondies. Les oreilles du serval et son long cou lui servent à entendre et à voir au-dessus des hautes herbes de la savane. Comme le militaire français, son seul mais coriace prédateur est l’homme, particulièrement l’homme affamé en embuscade sur son tapis de prière.

On dit que la chair de serval est délicieuse en ragoût. Celà ressemble, parait-il, à du fox à poil dur ou du lynx du Jura bien que fort peu de gens aient été en mesure de vraiment faire la comparaison.

Il est vivement déconseillé au serval de quitter son uniforme dans la savane, pourtant il existe des servals noirs, atteints de mélanisme et des servals blancs atteints de leucistisme preuve que le serval est fragile et ne peut résister à de trop longue exposition au soleil africain.

19:10 Publié dans Bestiaire | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Bravo ! on reconnaît le maître. Il serait content de savoir qu'il a des successeurs.

Écrit par : Aredius | 21/01/2013

Merci Aredius. Je vois que tu as reconnu l'inspirateur.

Écrit par : Joël | 21/01/2013

Les commentaires sont fermés.