Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/02/2012

Furet

Savez-vous quel est l’adjectif qui signifie « qui ressemble au furet ? ». Non.

Bon, OK. Mais vous connaissez la contrepèterie dans le titre de la chanson enfantine ? Non plus !

Vous connaissez la chanson, bien sûr :

Donc l’adjectif c’est viverrin (viverrinus – le furet en latin)

Utilisé pour qualifier un chat… qui pèche : Un chat d'Asie qui a la taille d'un chat domestique et qui aime l'eau...

 

 

Et aussi un chien japonais qui est arrivé en France depuis quelques années via l'Ukraine, où, dans les années 40-50, ils étaient élevés pour leur fourrure. Le chien viverin (Nyctereutes procyonoides - qui veut dire "de nuit" - "errant" et "sorte de chien" qui aussi le nom du raton-laveur en latin) que les anglais appellent Raccoon-Dog - Raton-laveur-Chien, est vraiment un chien... enfin peut-être, en tous cas un canidé. C'est à dire pas mal de dents mais pas toujours le même nombre de chromosomes. Pas si facile de trouver des détails précis sur la taxonomie des canidés et des canidoïdes. Disons de la famille des... loups de toutes sortes (gris, rouge, de bisons...), des chiens de toutes races, des chacals des coyottes, des dingos, des lycaons, des otocyons aux oreilles de chauves-souris, des renards (roux, artique, corsacs, caamas, à grandes, moyennes et petites oreilles), des chiens de buisson aux oreilles courtes, des dholes, des dusicyoins (éteints), des fennecs... (mais désolé, pas des ratons-laveurs). 

Un chien original qui hiberne comme les marmottes. En Europe de l'ouest, il n’est pas franchement le bienvenu. A dire vrai, il ressemble plutôt à un gros raton-laveur plus qu'à un furet viverinn. Les japonais l'appellent Tanuki.

Nyctereutes_procyonoides_4_(Piotr_Kuczynski).jpg

Le tanuki est, dans la mythologie japonaise, l'un des yokai (esprits) de la forêt, inspiré du chien viverrin.

Commentaires

Merci pour l'information ! Je ne connaissais pas cet adjectif.
Et on élève des chiens pour leur fourrure ? Mais quelle horreur !

Écrit par : Bonheur du jour | 05/02/2012

C'était en Ukraine dans les années 40-50 la "production" de fourrures pour l'armée d'URSS. Vestes et chapkas, j'imagine.
La preuve:
http://www.olx.fr/q/chapka/c-217

Écrit par : Joël | 05/02/2012

Ah Prévert !

Écrit par : Georges | 06/02/2012

Les commentaires sont fermés.