Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2011

Tristesse

Aimer tout aimer
Même le froid et ses morsures
Même l’heure qui sépare
Et les déserts du chagrin

Aimer l’arbre fendu
La fontaine sans eau
Et le visage blessé
Où ne vont plus les songes
 
Aimer les mains qu’on n’a plus
Et la caresse abandonnée
Et la saison obscure
Que n’éveille plus l’oiseau
 
Croyez-moi
Je sais de quoi je parle
J’ai le cœur léger comme vous
Il faut aimer à en brûler
Même l’instant sans joie
Qui serre le cœur
Qui serre le coeur

Jean-Pierre Siméon

12:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.