Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2011

Alibi libyen

Site antique de Sabratha en Tripolitaine :

Quand on parle de la Libye, j’entends parfois « l'alibi ». Alors je me demande de quel alibi est la Lybie, je veux dire : quel alibi pour la guerre en Libye ?

En regardant Arrêt sur image, je constate que l’on ne sait pas vraiment qui sont ces gens que l’on appelle les insurgés libyens. On nous dit qu’ils combattent à mains nues, hors on apprend qu’ils ont descendu leur propre avion. Ils ont donc des avions et les moyens de les descendre.   

G.W.. Bush s’est servi de la guerre en Irak comme d’un alibi pour cacher sa mauvaise gestion. Il  voulait remonter une cote de popularité qui n’était pas très bonne. Qu’en est-il de cette attaque de la Libye ? Est un sarko-alibi ? Peut-être pas. Difficile de démèler les intérêts du véritable altruisme.

Altruisme, on rigole ? Le radical alter proche parent de alius. Car Alibi vient du latin « alius » qui veut dire autre, étranger et qui a donné ailleurs. On nous dit donc : « Pouvoir d’achat ? Chomage ? Circulez, il n’y a rien à voir. Regardez donc ailleurs !  » Le mot a la même origine que le peu sympathique (et fou) aliéné et aussi que le mot alien en anglais. C’est donc la faute à l’autre comme dirait Marine. Chassons-le !

C’est toujours Alain Rey qui m’inspire. Dans son dico historique, Il cite un autre mot sorti d’usage : Alibiforain qui signifiait mauvaise excuse, échappatoire. Un mot pléonasme car forain veut dire étranger, même racine que le foreign anglais. Les forains sont des gens venus d’ailleurs dans notre village gaulois... et parfois ils piquent nos poules. Chassont-les !

Le mot suivant est aliboron, l'âne de La Fontaine personnage ignorant et stupide... mais je ne vais pas faire tout le dico d'Alain. Ce sera pour une autre fois.

18:45 Publié dans Mots | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Je ne suis pas curieux mais je voudrais savoir ...
comment sous un régime dictatorial il y a des gens qui disposent de canons, roquettes etc. On ne nous dit rien. Personne ne questionne...sur nos media publics. Étonnant, n'est-ce pas !
Et on ne nous parle de financement occulte de campagne présidentielle qu'au passé. Jamais au présent. Alors pour la prochaine ...
Il faudra attendre de voir qui campe sur les pelouses de l'Elysée ?

Écrit par : Aredius | 30/03/2011

C'est un peu pour ça que j'apprécie Arrêt sur Image.

Écrit par : Joël | 30/03/2011

L’Alibi…
L’analogie est plaisante et bien montée…
Apparemment et selon le texte, l’alibi, contrairement à son usage courant, où l’alibi est utilisé pour disculper l’auteur présumé d’un crime et ainsi préserver son innocence, l’alibi est utilisé pour disculper un soldat citoyen des crimes dans ses actions militaires pour empêcher un autre soldat citoyen d’en commettre.
Comme moi, vous avez certainement été amusé par le paradoxe ‘militaire’ qui est de tuer des gens pour empêcher d’autres militaires d’en faire autant. Le résultat final, celui qui perd devient un criminel, et celui qui gagne n’est pas un criminel mais un libérateur.
Pour ceux qui ont servi dans les armées le paradoxe est de tuer des gens que l’on ne connait pas pour sauver sa vie… Oui, je sais, la pub en cours ajoute ‘sauver sa femme, ses enfants et l’honneur de la patrie’.
Donc l’horrible papy Kadhafi, puisqu’il est colonel, donc militaire et malgré ses crimes passés, n’a jamais été jusqu'à présent un criminel. Il pourrait le devenir s’il perd le combat qu’il a décidé de faire contre ces ‘sans foi’ qui voudraient qu’il s’en aille…
Place aux jeunes… Quelqu’un a suggéré cela dans un autre texte de ce blog.
Autre analogie, pour ceux qui ont connu Mai 68… Il y avait aussi des jeunes… Et un général... Ce militaire là avait de l’éducation et de bonnes manières !
Apparemment papy Kadhafi a aussi de l’éducation et de bonnes manières puisqu’il était reçu et apprécié dans pas mal de cercles de nos grands de ce monde!
Mais voilà l’Alibi a tout fait dégringoler !

Écrit par : Daniel | 12/04/2011

Oui Daniel, le paradoxe ‘militaire’ qui est de tuer des gens pour empêcher d’autres militaires d’en faire autant.

Boris Vian disait que le propre du militaire était le sale du civil. Je cherche un texte de Vian qui explique que les militaires n'ont pas vraiment fini leur boulot puisqu'il reste toujours des survivants. Je constate juste que Vian est à côté de Vincenot dans ma bibliothèque... Je me demande s'il aurait aimé ça ?

Écrit par : Joël | 12/04/2011

Les commentaires sont fermés.