Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2010

Amarante OGM

L’amarante est une couleur. On la décrit comme bordeaux veloutée. Le nom de cette couleur vient d’une plante originaire d’Amérique du sud de la famille des trèfles. Riche en vitamines A et B, en acide folique, en vitamine C et en minéraux tels que calcium, fer, cuivre, magnésium et phosphore, on y trouve toute la gamme des acides aminés essentiels en quantités très équilibrées.

Associée aux légumes, l'amarante est à la base de savoureuses recettes. Sa saveur est légèrement épicée. La farine d'amarante rend les pâtisseries plus humides et plus sucrées, on s'en sert pour préparer biscuits, crêpes ou gaufres, on la combine à de la farine de blé pour confectionner pains et gâteaux levés. L'amarante complète bien les céréales, les légumineuses, les noix et les graines. Elle contient deux fois plus de fer et quatre fois plus de calcium que le blé dur.

Amarante réféchie

Aux Etats-Unis, les agriculteurs la considèrent comme une mauvaise herbe (peste végétale) et l’appelle herbe à cochon (pigweed). Pas de peau, Monsanto et son soja transgénique ont joué un tour de cochon aux agriculteurs. Les gènes résistants au Roundup ont migré du soja à une sorte d'amarante dite réfléchie. Du coup les paysans abandonnent des terres infestée ou reviennent à la bêche.

Eh oui, fallait réfléchir avant !

Linus Ndonga de la SPAS [Kenya], affirme que l’amarante est une vrai bombe nutritionnelle. Il est convaincu que l’amarante pourrait améliorer efficacement la nutrition dans les zones sèches et ce, de manière durable, et elle pourrait nourrir deux fois plus de personnes par unité de surface qu’une céréale traditionnelle. Selon lui, cette plante constitue une percée dans la lutte contre l’insécurité alimentaire du tiers monde. Jugez plutôt : l’amarante génère des rendements plus importants que d’autres plantes à graines. Elle pousse sur le sol le plus pauvre et résiste à la sécheresse, aux parasites et aux maladies. Sa culture exige donc moins de temps et d’argent, et s’avère plus écologique que celle des plantes nécessitant des pesticides. D’autre part, sa période de maturation n’est que de 45 à 75 jours, et elle ne nécessite qu’un tiers de l’eau utilisée pour d’autres plantes à graines dans des conditions de culture similaires...Qu’attend donc l’OMS pour en encourager la culture ? Mais y a-t-il de l’argent à gagner comme avec les vaccins par exemple ?

Commentaires

Intéressante cette note, finalement ce qui est considéré par un fléau par certains pourrait être une bénédiction pour d'autres !

Écrit par : ulysse | 21/10/2010

Merci Ulysse.
Cette note a été reprise par NaturaVox
http://www.naturavox.fr/biodiversite/article/amarante-ogm

Écrit par : Joël | 21/10/2010

Des agriculteurs américains découvrent,après plus de 10 années de culture de soja ou de coton génétiquement modifiés résistant à un herbicide, le glyphosate Roundup, qu'une mauvaise herbe, l’amarante, fait de la résistance et ne veut plus mourir dans leurs champs. Les semences génétiquement modifiées n’y sont pour rien dans cette résistance de la plante :L’amarante est devenue résistante au glyphosate et pas à la semence OGM comme cela est trop écrit partout. L’émergence de ce phénomène de résistance d’une mauvaise herbe à une molécule chimique n’étonnera aucun agriculteur. Ils y sont confrontés depuis que les phytosanitaires existent car c’est la loi de la nature qui veut cela. Avec le Roundup, (glyphosate de Monsanto) cela a mis un peu plus de temps que d’habitude. Mais il faut savoir que les phénomènes de résistance apparaissent aussi bien avec les herbicides qu’avec les fongicides ou les insecticides.

C’est pourquoi les agriculteurs se doivent de respecter le principe de la phytodiversité qui consiste à ne pas utiliser la même molécule sur la même culture, sur la même parcelle et pendant trop longtemps. Ce principe fait partie des bonnes pratiques agricoles au même titre que la rotation des cultures ou le raisonnement des intrants, que les semences utilisées soient « OGM » ou « non OGM ». Ne pas les respecter est une faute et les agriculteurs américains en sont responsables mais pas les semences génétiquement modifiées.

Écrit par : kressmann | 25/10/2010

Merci d'avoir pris le temps de donner ces précisions.

J'ai repris l'info ( trop écrite partout) et ne suis pas en mesure d'en confirmer ou infirmer le bien fondé. Ceci dit, ce que dit l'info, c'est que le gène (caractère résistant au round-up) serait passé du soja OGM à l'amarante rendant donc celle-ci résistante. Ce qui est différent de ce que vous dites que je reformulerais par : "Une variété d'amarante serait devenue résistante par sélection naturelle de plants résistants au glyphosphate." donc impliquant une modification génétique"naturelle".

Je ne sais pas si cette transmission de gène est possible entre deux espèces ni comment un tel "croisement" peut s'effectuer. Dans l'état de mes (faibles) connaissances ceci me paraîtrait impossible pour des mammifères mais pas impossible pour des plantes dont la reproduction est plus "souple".

Donc le débat est entre "évolution naturelle" ou "évolution artificielle par propagation des gènes "bricolés" par Monsanto". Dans le premier cas on est dans un souci de phytodiversité que vous expliquez dans le second on est dans un souci d'effets de bord des manipulations génétiques. Ce serait mieux que ni les écologistes de salon ni les mercantis ne tranchent.

Écrit par : Joël | 26/10/2010

Difficile de savoir si le gène modifié a réellement pu migré du Soja à l'Amarante ou si la mutation est naturelle.

A rapprocher d'une autre info concernant le colza:
http://www.actu-environnement.com/ae/news/ogm-contamination-10822.php4

Écrit par : Joël | 26/10/2010

Je suis en train de lire un livre de JM PELT où il dit que le mimétisme s'expliquerait par des échanges de gènes entre plantes (ou animaux) qui, le plus souvent, ne sont pas de la même famille.
http://www.naturavox.fr/biodiversite/article/amarante-ogm#forum36720

Écrit par : Joël. | 29/12/2010

Bonjour et merci pour les informations données. Ceci dit, j'étais particulièrement interessé par cette plante jusqu'à ce que je lise ceci à partir d'un site se reveniquant du gouvernement canadien (Au sujet du Système canadien d'information sur la biodiversité).
Quelques extraits ci-dessous:

>L'amaranthe hybride: http://www.cbif.gc.ca/pls/pp/ppack.info?p_psn=10&p_type=all&p_sci=comm&p_x=pp&p_lang=fr :
Informations générales sur l'intoxication:

L'amaranthe hybride (Amaranthus retroflexus) est une espèce acclimatée qu'on trouve dans les terrains vagues de tout le Canada. L'ingestion de cette plante a provoqué un empoisonnement aux nitrates chez des bovins en Nouvelle-Zélande. Il n'a été possible de trouver aucune autre référence à cet effet dans les ouvrages publiés (Duckworth 1975).

>L'amarante à racine rouge : http://www.cbif.gc.ca/pls/pp/ppack.info?p_psn=11&p_type=all&p_sci=comm&p_x=pp&p_lang=fr :

Informations générales sur l'intoxication:

L'amarante à racine rouge (Amaranthus retroflexus) est une herbacée qui s'est acclimatée dans une grande partie du Canada. Elle peut provoquer divers effets toxiques, y compris un oedème périrénal chez les porcs. Cependant on ignore quel est le composé toxique en cause. Dans cette plante, l'accumulation d'oxalates peut atteindre 30 % de son poids sec. L'amarante à racine rouge peut accumuler des nitrates en concentrations toxiques (Osweiler et al. 1985).

>L'amarante fausse-blite : http://www.cbif.gc.ca/pls/pp/ppack.info?p_psn=9&p_type=all&p_sci=comm&p_x=pp&p_lang=fr

Informations générales sur l'intoxication:

L'amarante fausse-blite (Amaranthus blitoides) est une herbacée qui s'est acclimatée dans certaines régions du Sud du Canada. Elle retient l'azote et peut provoquer des intoxications par les nitrates; elle peut accumuler ces substances en quantité suffisante pour tuer des bovins (Fuller and McClintock 1986).
------------------------------------------------------------------------

De ce fait, je me fie à vous pour nous éclairer concernant les données ci-dessus et leur apparente contradiction avec ce que vous énoncez.

Bien à vous.

Écrit par : a | 30/06/2012

Les commentaires sont fermés.