Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2006

Parfum 22

medium_PdA.JPGParfum d'avent

 

Dimanche 21

Christèle est sortie faire quelques courses à l’épicerie du coin avant midi. Il n’y a presque pas de magasins ouverts, à peine quelques exceptions à cause de noël et c’est tant mieux. J'ai surveillé la rue pour voir si un garde du corps lui emboîtait le pas et cela n’a pas raté, c’est le petit brun qui l’a pris en chasse. D’habitude c’est moi qu’il suit et le blond qui s’occupe d’elle.

En l’attendant, j’ai lu le journal qui est plein d’histoires de gens qui se sont endettés en quelques jours. Le gouvernement a fait un bel effort ces dernières années pour limiter le surendettement mais il semble bien que certaines personnes soient prêtes à tout pour acheter, toujours acheter plus…

(…)

Je reprends ces notes que j’avais commencées ce matin. Nous avons passé un après-midi infernal en plein questionnement… Christèle est rentrée terrorisée ce matin. En sortant du magasin, elle s’est fait coincée par trois costauds qui l’ont forcée à monter dans une voiture. Ils l’ont menacée pendant une bonne demi-heure sans donner d’explications. Son manteau était un peu déchiré, mais heureusement ils n’ont pas mis à exécution leurs menaces sexuelles… Ils lui ont juste dit qu’il fallait qu’elle arrête de bavasser… quand elle demandait pourquoi, ils ne répondaient pas à ses questions… ils lui mettaient quelques petites claques « des claques légères » dit-elle… C’est quand elle a tenté de s'enfuir de la voiture que son manteau s’est déchiré.

Il a bien fallu deux heures pour qu’elle reprenne son calme. J’ai proposé d’aller à la police. Elle ne voulait pas… Puis finalement elle a accepté. Le commissariat était un vrai hall de gare, on nous a fait patienter… au bout de trente à quarante minutes Christèle a décidé de rentrer à la maison. On a mangé un morceau, bu une bouteille de Chambolles de son père, je l’ai senti plus détendue et lui ai parlé des gardes du corps, du petit blond et du brun qui l’a suivi ce matin… Elle a conclu froidement par « Tu vois Phil, c’est bien la preuve que l’agression aussi est liée à la Biomol. »  Imparable ma chère Christèle !  

Parfum d'Avent - Voir le résumé pour ceux qui ne veulent pas tout lire.

02:40 Publié dans Parfum | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.