Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2018

Châteaux

1200px-Chateau_de_Landreville_-_Mai_2007_-_facade_sud-ouest_-_piccola.jpgVialatte connaissait bien la vie de château au moyen-âge. Après avoir vanté les avantage de vivre dans un châteac : beaucoup de place, panorama sans fin, potager immense, une cheminée pour se chauffer les pieds en écoutant les ménestrels etc...

En quelques lignes il en récapitule les inconvénients qui feraient regretter son HLM. 

Tout n'y était pas également rose: il fallait rendre la justice, attendrir la viande du faucon, tuer Jean sans Peur, faire chauffer l'huile bouillante pour arroser les assaillants, nounir les perroquets, réparer les échelles, se coiffer de plumes d'autruche certains jours de tournoi, manger du cygne (qui est très dur), et faire taire les grenouilles qui criaient dans les douves, souvent même boire avec excès. Les armures, par temps de pluie, se rouillaient sur le corps. Leurs articulations grippaient. Il fallait les ouvrir avec des tournevis, des leviers, des coins, des clefs anglaises. Dans des endroits mal éclairés, par des vitraux de couleur foncée, rares et peu efficaces dans ces murs de trois mètres. Si bien qu'une grande partie du temps les hommes les plus considérables vivaient, dans un jour glauque, comme dans un aquarium, une espèce de vie de poissons rouges, ornés, par leurs vêtements de l'époque, de nageoires, de crêtes d'urodèles, de queues de lézard, d'oreilles de caniche, d'uniformes de batracien. Ces ténèbres du Moyen Âge ne permettaient que de vivre à tâtons. Ce fut ainsi que le roi Dagobert fut amené par I'obscurité à mettre sa culotte à l'envers. Sans le grand saint Éloi, qui veillait à toute chose, il se fût couvert de ridicule.

La Montagne, 29 octobre 1963

08:17 Publié dans Vialatte | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Ah le grand St Eloi natif de Chaptelat, fondateur de l'abbaye de Solignac pas loin du Pays Arédien, celui qui a laissé un bras à ND de Paris...

Écrit par : Aredius44 | 16/10/2018

D'où l'expression ça lui a coûté un bras !

Écrit par : Joël | 17/10/2018

Écrire un commentaire