Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/09/2018

d'Accord

C’est décidé je vais suivre les belges. D’ailleurs, je vais même les précéder. Si j’en crois le Monde : « En Wallonie, deux professeurs de français proposent, dans une tribune publiée par « Libération », de rendre le participe passé invariable avec l’auxiliaire avoir. »

laccord-du-participe-passc3a9.jpeg

Cette réforme verra-t-elle le jour en Belgique ? Et si oui, arrivera-t-elle en France ? L’Académie française est souvent réfractaire à toute évolution, mais tout dépend finalement de nous les francophones : « En réalité, aucune instance n’a le pouvoir d’imposer une règle d’orthographe, c’est l’usage qui fixe les règles. Donc il suffit de changer l’usage. »

Par conséquent il faut s’y mettre. Je risque de fâcher quelques adeptes de Vialatte mais tant pis ! Dorénavant j’écrirai : « La règle que vous avez imposé est compliquée. »  Dans les siècles passés c’étaient les écrivains qui fixaient les règles. Cette règle de l’accord du participe passé avec le verbe avoir nous vient tout droit d'Italie par Clément Marot.

Voltaire écrivait avec humour : « Clément Marot a ramené deux choses d'Italie : la vérole et l'accord du participe passé... Je pense que c'est le deuxième qui a fait le plus de ravages ! »   

« La règle de l’accord du participe passé (…) est l’une des plus artificielles de la langue française », affirmait le vénérable Bescherelle. Et Louis-Nicolas Bescherelle n’était pas la moitié d’un imbécile disait Desproges.

Bon, ceci s’applique à cette règle idiote. Pas de négligence pour le reste. Il est hors de question d’envoyer à votre gendre qui vient de reprendre le boulot après les vacances, un texto disant : « Bonne reprise, mais je sais que tu aimes la rentrer ! »

Commentaires

Écrire un commentaire