Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2015

Pas de pitié

nietzsche2.jpgToujours dans ECCE HOMO la dernière oeuvre de Nietzsche traduite par Alexandre Vialatte dont les sous-titres m'enchantent : 

- Pourquoi je suis si sage

- Pourquoi je suis si malin

- Pourquoi j'écris de si bon livre

- Pourquoi je suis une fatalité

Je reviens en arrière et relis un passage sur les actions désintéressées et l'amour du prochain qui donne  à réfléchir :

Mes expériences me donnent surtout le droit de me méfier de ce qu'on appelle les instincts, « désintéressés » et de ce fameux « amour du prochain » qui est toujours prêt à vous venir en aide et de la voix et du geste.

Je le considère en soi comme une faiblesse et comme un cas particulier de l'incapacité de résistance aux impulsions ; la pitié ne s'appelle vertu que dans le monde des décadents. Je reproche aux compatissants d'oublier trop facilement la pudeur, le respect, le tact et les distances, à la pitié de sentir trop vite la populace et de ressembler à s'y tromper aux mauvaises manières ; je dis que les mains compatissantes peuvent parfois avoir une action destructrice sur une grande destinée, quand elles viennent farfouiller dans les blessures d'une solitude et le privilège d'une grande faute.

Vaincre la pitié c'est, à mon avis, une vertu aristocratique : j'ai raconté, en lui donnant pour titre « La Tentation de Zarathoustra », l'histoire de ce grand cri de détresse qui parvient un beau jour au sage, et la pitié, comme un dernier péché, est déjà près de l'assaillir et de l'arracher à lui-même.

Rester maître de soi dans ces situations-là, conserver pure la hauteur de son devoir en face des bas et myopes instincts mis en oeuvre par les actions prétendues « désintéressées », voilà la preuve, la suprême preuve peut- être que doit donner un Zarathoustra, le véritable témoignage de sa force.

16:54 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

"Ecce Homo" He aquí al hombre! (Voilà l'homme!) . Chaque fois qu'on lit Nietzche, on ne peut pas éviter de dire : Voilà Nietzche! L'un ne sait pas si l'adorer ou le détester. Au moins, ca m´arrive :/

Écrit par : ana | 29/10/2015

Les commentaires sont fermés.