Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/03/2015

La femme

Le point de vue de Vialatte pour la journée de la femme et spécialement pour Chantal :

journee-de-la-femme-cafe-.jpg

Sans la femme, l'enfant serait sans mère, le père sans fille, le beau-frère sans belle-sœur, l'oncle sans nièce, l'époux sans veuve. Elle est, pour ainsi dire, la mère du genre humain. Supprimez-la, l'opéra perd son charme, l'écran ses bustes les plus beaux. Sans elle, au Grand Café il n'y aurait plus de caissière, même à l'heure de l'apéritif, entre deux pots de sanseviera de valeur moyenne.

sansevieria%20silver%20laurentii.jpg(Le pot de sanseviera de valeur moyenne) L'homme vivrait comme un orphelin. Recueilli par charité dans d'immenses internats par les sœurs de Saint-Vincent-de-Paul ou les frères des écoles chrétiennes, il mènerait dans de grandes casernes une existence d'enfant trouvé, sans autre distraction que la promenade du jeudi, sous l'œil indifférent d'un gardien en casquette, dont les réprimandes salariées ne sauraient remplacer les discussions de famille. (…)

Avec la femme, au contraire, tout s'anime, tout se passionne, la vie reprend ses droits. Elle se marie, elle divorce, elle enfante, elle trompe le boulanger avec le pharmacien ; elle renverse les ministères, elle jette ses enfants par la fenêtre, elle tricote les layettes bleu pâle sur la ligne Italie-Nation. Enveloppée d'un manteau de vison, elle porte en tête des cortèges politiques une pancarte d'un mètre carré, qui proclame: « Nous voulons du pain. » Elle tape le courrier de l'homme, elle le porte à signer, il signe, elle l'embrasse, elle l'épouse; de temps en temps elle le vitriole. L'homme assiste impuissant, l'œil vide, à toutes ces manifestations. Elle lui dispute le bureau et l'usine, elle lui a chipé son pantalon. De conquête en conquête, elle en est arrivée à avoir le droit de travailler quatre-vingt-dix heures par semaine. C'est un progrès considérable et apprécié.

Antiquité du grand chosier, p.185-187.

16:35 Publié dans Vialatte | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Hé oui, sans la femme le monde n'existerait pas.
Marrant, je n'y avais jamais pensé :-)
Et sans l'homme ? :-)

Écrit par : Françoise | 08/03/2015

Oh merci !
Quel beau cadeau qu'un texte de Vialatte !

Écrit par : Chantal | 08/03/2015

Les commentaires sont fermés.