Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/03/2015

Diversité

xpoesie-du-gerondif.pagespeed.ic.-uMurEDguf.jpgUn beau texte sur l'enrichissement qu’entraîne la diversité, texte extrait de la poésie du gérondif de Jean-Pierre Minaudier.
 
Chomskyens: Noam Chomsky est un linguiste américain qui a pris la grosse tête depuis qu'on l'a gratifié du titre pompeux de "plus grand intellectuel vivant". Il est un défenseur de l'idée d'une grammaire universelle des langues et en bon américain il ne comprend même pas la mentalité française, il l'a prouvé plusieurs fois.
 
La diversité des langues. dont la lecture de chaque grammaire révèle une facette inédite, remet en cause non seulement la grammaire universelle des chomskyens, mais tous les universalismes, qui ne sont généralement que des occidentalocentrisines, des provincialismes aveuglés par l’arrogance et l’ignorance de l'autre.
 
L’inépuisable variété des manières de mettre le réel en mots renvoie à leur profonde inexistence intellectuelle tous les cornichons persuadés que la seule manière digne d’intérêt de penser et d’exprimer le monde est celle en vigueur dans leur village natal, et ignorant ou méprisant tout ce qu’ils ne distinguent pas du haut de leur clocher: philosophes qui confondent les préjugés de leur siècle et de leur société avec des universels intemporels, littéraires figés dans un dialogue millénaire avec une tradition ‘classique» prise pour le centre du monde parce qu’elle se trouve être à l’origine de notre patois, nationalistes assez obtus pour oublier que la richesse des nations réside dans leur pluralité ?
 
Je suis de ceux que ces gens exaspèrent, de ceux aussi que passionne non ce qui se ressemble mais ce qui diffère, non l’unité, les centres, les métropoles, l’ordonnancement régulier des grandes avenues symétriques et des palais classiques, la pureté géométrique et transparente du cristal, mais les périphéries et les minorités, les ruelles torves et les placettes que nul architecte n’a dessinées, l’infinie variété de formes du corail ; de ceux qui pensent que nous avons autant à apprendre de la structure de l’urarina que du théâtre de Shakespeare et de la grammaire du mosetén que de la chapelle Sixtine - il ne s’agit pas de mépriser en retour cet héritage, mais de ne pas s'y enfermer).
 
L'urarina est une langue amérindienne isolée parlée au Pérou par 2 000 personnes.
Le mosetén est la langue des mosetén une ethnie amérindienne de l'Amazonie bolivienne. Elle appartient à la famille mosetenane, qui est linguistiquement isolée.

10:10 Publié dans Lecture, Mots | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Merci d'avoir recopié ce texte pour tous.

Écrit par : Aredius | 06/03/2015

"Dieu fass' que ma complainte aille, tambour battant"...contre les Chomskyens!

"Quelle est belle la liberté"... et la diversité!

Merci beaucoup pour Brassens. J'ai dû trouver les paroles pour les lire tandis que j'écoutais pour bien les comprendre mais, ça valait le coup, elles sont magnifiques! Merci encore :)

Écrit par : ana | 07/03/2015

Les commentaires sont fermés.