Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2014

Ouripo

Suite de la note d'hier et récupération d'un document ancien, et néanmoins précieux, qui posait la question existentielle suivante :

L'ouie-Rire est-il un Ouripo ?

papous.jpglettrage%20Mosner.jpgOn pourra distinguer dans les recherches de l’Ouvroir, deux tendances : Une résolument tournée vers l’analyse et l’autre axée sur la synthèse. L’analyse travaille sur les œuvres du passé, d’Aristophane aux papous dans la tête  en passant par Plaute, Rabelais, Molière, Vialatte ou Desproges. La synthèse, plus ambitieuse  se propose  d’ouvrir des voies nouvelles dans l’élaboration de la matière à rire.

Dans le domaine de la création humoristique nous sommes, à l’Ouï-rire, convaincus que, par manque de systématique, d’immenses champs n’ont pas été explorés. Des champs de rires fins comme des greens de ray-grass anglais, de rires gras comme ces terrains où pousse  le sainfoin et le trèfle, des rires riches couvert de fétuque rouge, de paturin à mouton ou de pimprenelle des alpages. Mais je m’emballe… de foin.

Conscients que la voie est escarpée et que les diamants les plus purs ne se trouvent pas sous les pas du premier ouvreur venu nous sommes prêts à accepter de régresser, voire de s’ennuyer, pour retrouver un jour la voix de la rigolade qui dérouille les muscles joviaux.


Pour les besoins d’une fonction ouripienne spécifique, l’Ouïe-Rire se réserve la possibilité de créer, à la manière de l’Oulipo, des instituts. On pense immédiatement à l’Institut de Prothèse Zygogène qui serait chargée de restaurer des saillies anciennes de qualité mais qui auraient subit des dégradations dues l’air du temps et de ce fait perdues quelque peu de leur pouvoir de faire travailler les zygomatiques par trop encalminés.

Les commentaires sont fermés.