Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2012

L'olympe des infortunes

Je ne suis pas un grand lecteur de Yasmina Kadhra que je connais mal. J’étais parti en vacances avec un de ses livres qu’il a publié en 2010, « L’olympe des infortunes ». Joli titre pour une fable philosophique.

L’histoire se passe dans une décharge en bord de mer, on ne sait ni quand, ni où. Un terrain vague peuplé de vagabonds et de laissés-pour-compte ayant choisi de tourner le dos à la société. Des personnages attachant : Ach le borgne, Junior le pas malin,  le Pacha, petit chef tyranique et sa cour de soûlards…

C'est un pays de mirages et de grande solitude où toutes les hontes sont bues comme sont tus les secrets les plus terribles. Ach le Borgne, compose des chansons pas terribles et joue du banjo. Il chante pour Junior qui lui voue une admiration sans limites. Ach explique à Junior la philosophie des Horr. Un horr est un clochard volontaire qui a choisi de vivre en marge de la ville en rejetant toutes ses valeurs : argent, travail, famille. Il refuse même la mendicité. Le Horr se dit libre de toute attache.

 

Soudain débarque un drôle de personnage Ben Adam. Il est l’humanisme incarné. Une figure christique. Une sorte de Bouddha qui a vécu 1000 vies de réincarnation. Il semble venu pour sortir ces SDF de leur conditions, pour provoquer un sursaut dans leur vie. Junior va devenir son disciple ce qui ne plaît pas du tout à Ach qui se sent dépossédé. Du coup, Ach manœuvre pour faire virer Ben Adam du terrain vague. Celui-ci part mais ses idées ont déjà percolées, en particulier dans l’esprit de Ach.

Je ne vous raconte pas la fin. Ce livre est un peu déroutant. Kadhra est très fort. Il écrit dans un style plaisant et surtout il sait à merveille incarner des personnages même si ceux-ci sont un peu atypiques. Je ne me suis pas ennuyé à la lecture de ce petit livre qui fait pensé au voyage d’Anna Blume de Paul Auster ou encore à Siddhârta de Herman Hesse. S’il rivalise avec le premier, il est très loin du second à mon avis. Le conte philosophique est un exercice difficile et celui-ci n’est pas totalement abouti.

22:12 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Sympa ici !

:)

Écrit par : dispo | 13/04/2012

Les commentaires sont fermés.