Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2011

Auster et Lapins

 

Quelques livres de ce début d’année :  

  • Un Paul Auster assez costaud que JJ dit avoir été écrit pour moi.
  • Une découverte dont je vous parlerai demain: "L'usine à lapins."
  • L'heure d'avant de Colin Harrison Un polar leger, disons le polar de la décénie du mois un peu fade après l'usine à lapins. 
  • Les Années d'Annie Ernaux qui nous refait le coup de Je me souviens de Perec... Assez réussi ! 

Les deux premiers découverts grâce à JJ avec une très belle photo d'Andrée en souvenir avec une phrase du pauvre Ruthbeuf tirée de la complainte.

 

  

Dans le scriptorium de Paul Auster.

 

Une fantastique mise en abyme d’un écrivain et de son œuvre. Mister Blank estr un vieillard enfermé dans une chambre blanche tout habillé de blanc, est confronté à ses héros plus ou moins hostiles. Une caméra enregistre les faits et gestes d'un vieil homme qui constate qu'il ne se souvient plus des événements qui ont précédé. Le coup de fil d'un soi-disant policier, James Patrick Flood, la lecture d'une entame de roman intitulé Neverland et la consultation de photos laissées sur un bureau non loin du lit vont le plonger dans la perplexité. Une femme survient, elle s'appelle Anna, elle vient prendre soin de lui; il a avec elle, il le sait confusément, un lien particulier.

 

Au fil des 135 pages, on retrouve certains personnages de l’œuvre d’Auster en particulier Anna Blume. Pour les petits connaisseurs de l’œuvre d’Auster, Le Voyage d’Anna Blume est une œuvre moins connue que la Trilogie new-yorkaise mais c’est néanmoins une œuvre majeure qui décrit un monde décadent, voué à vivre sur la récupération des ordures, et dans lequel Anna tente de survivre.  

 

Le mot scriptorium (au pluriel, des scriptoria) est un mot latin dérivé du verbe scribere qui signifie « écrire ». Ce nom désigne l'atelier dans lequel les copistes réalisaient des livre copiés manuellement, avant l'introduction de l'imprimerie en Occident. 

21:24 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : paul auster

Commentaires

J'aime beaucoup Auster... mais je vais me rouiller si je pense mon temps à lire ! L'idéal ... le printemps, l'été...on fait de l'exercice et le soir, on est content de s'asseoir avec un bon bouquin.
On a acheté un grand écran de tévé... et on n'a dû le regarder qu'une heure en 5 mois ! on devient vieux. Mes parents ont remplacé la télé par les livres lors de leur retraite.

Écrit par : Aredius | 11/01/2011

Hé oui, la lecture et la méditation, un programme pour les vieux jours ;-)

Écrit par : Joël | 12/01/2011

Les commentaires sont fermés.