Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2009

Argumentaire

Ca-vient.jpg

 

 

Des vendeurs,

des encres,

des carottes

et de tous les mercantis

écologiques.

 

Il y a fort longtemps, j’ai vendu des assurances-vie en porte à porte. Ces assurances destinées au bas peuple étaient des produits scandaleux, une vraie escroquerie.

Le souscripteur mettait un montant chaque mois, sept ou huit fois plus important que le montant nécessaire à la pure assurance et quinze ou vingt ans plus tard il récupérait des cacahouètes. La bonne preuve de l’escroquerie, c’est que pour les cadres et professions libérales, on avait des produits beaucoup sophistiqués et un peu moins filous.

N’importe qui pouvait devenir vendeur, il suffisait d’apprendre par cœur l’argumentaire gracieusement fourni à chaque nouvel employé. Pour réussir, il fallait un peu de culot mais surtout, il fallait y croire. Je n’y ai pas cru très longtemps mais j’en ai retenu une bonne leçon : Le bon vendeur, celui qui réussit, qui va gagner beaucoup d’argent, est celui qui ne se pose pas de question, celui qui prend l’argumentaire au pied de la lettre et qui fonce tête baissée. S’il est un peu chanceux, il deviendra capitaine d’industrie et son fils héritera de l’empire qu’il a créé à la force de son argumentaire.

Cela marche pour les vendeurs de voiture, de maisons, de drogue ou de poupées Barbie. Cela marche aussi pour les marchands de « bio » ou de produits écologiques et de développement durable. On explique au vendeur que l’encre végétale, les carottes bios ou la voiture verte sont bonnes pour l’environnement et voilà notre vendeur parti à la conquête de nouveaux marchés. Il vous jure, croix de bois, croix de fer, que son produit est total DD (dévelopemment durable). Il n'a pas de raison d'en douter avec le si bel argumentaire qu'on lui a fourni. Et pour vous, qui en douter, il n'a qu'incompréhension. Peut même qu'il vous soupçonne d'être contre la protection de la planète.

Encre végétale. Puisque le vendeur y croit et qu’en plus l’acheteur en veut, pas question de se poser des questions et de chercher à savoir si pour produire cette encre on n’utilise pas des procédés encore plus mauvais pour l’environnement que la production d’encre à partir d’hydrocarbures pétroliers.

11:38 Publié dans Textes | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Bien vu pour les vendeurs

Écrit par : Karol | 04/10/2009

Les commentaires sont fermés.