Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2007

La Leçon -1-

medium_Lecon.jpg.

La leçon

de chose

en un jour 

.

Alain Bagnoud

.

Edition L’Aire

.

Sur les blogs je rencontre des écrivains. Il arrive même que je les rencontre « pour de vrai. » Et bien sûr je suis amené à les lire ce qui est la moindre des choses me direz-vous. C’est ce qui m’est arrivé avec Alain. C’est tout neuf. Cela date du dernier salon du livre de Genève. Pas totalement étonnant quand on sait qu’Alain est prof à Genève.

Mais Alain est aussi Valaisan. Quand j’ai écrit « éclats et pulsations » je n’ai pas arrêté de répondre à la question : « Quelle est la part d’autobiographie ? » C’est la question que tout lecteur à envie de poser à Alain Bagnoud. Je réponds sans le consulter « une part énorme ! » Je ne sais pas trop pourquoi après tout car je le connais à peine. Et pourtant, il me semble ressembler comme deux gouttes d’eau à son jeune héros Aulagnard. Aulagne, Sinerre, des noms inventés mais dont il ne faut pas chercher bien loin l’équivalence.

Raconter son enfance serait, pour un écrivain, presque un exercice de style si, en fait, ce n’était aussi le fond de commerce de toute littérature. Les précédents sont innombrables, des autofictions plus ou moins transposées, l’Aulagne d’Alain est le Combray de Proust, le Macondo de Marquez…  Donc Alain fait dans le classique. Il fait aussi dans l’unité de temps et de lieu comme dans les pièces du Grand Siècle. 290 pages qui couvrent une seule journée, l’anniversaire de notre héros qu’il transforme en une seule leçon de chose.

Je ne me souviens pas où j’ai lu qu’il suffirait d’avoir vécu une seule journée pour pouvoir écrire de nombreux volumes. J’avoue que cette perspective m’avait laissé songeur. Je ne me sens pas trop capable de réussir cet exercice et j’avoue que, quand j’ai commencé le livre d’Alain et compris que tout se déroulerait réellement comme le dit son titre « en un jour », j’étais un peu inquiet. Et bien figurez-vous qu’il fait mieux que tenir la route. Avec ses personnages, Dogane le jeune étranger, pas de chez nous "les propres en ordre", donc à éviter, Milon un peu sorcier, le régent* et surtout Augustine la régente, sévère et bornée, le petit curé et surtout Monsieur Richard Mitte de Lucien, entrepreneur friqué et tout puissant que tous les gens du village semblent révérer, Alain Bagnoud nous captive. Je vous dirai un peu plus demain à quel point j’ai aimé ce roman. 

* Régent - Instituteur en Suisse et aussi dans la Savoie de mon enfance. Il faut reconnaître que cela donne une autre dimension qu’instit même renommé « professeur des écoles »

19:20 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Découverte, valais

Commentaires

Le régent c'est un poids, une présence, une autorité qui ne se conteste pas, même de la part des parents, le régent c'est l'enracinement du savoir. L'instit lui, est un technicien de l'enseignement en constante mutation.

Écrit par : Sugus | 19/06/2007

"Je ne me souviens pas où j’ai lu qu’il suffirait d’avoir vécu une seule journée pour pouvoir écrire de nombreux volumes."
L´étranger de Camus?

Écrit par : Suzievagabonde | 20/06/2007

Merci Suzie. L'étranger, un Grand roman!

J'ai encore raté une occase d'écrire "Comme dit Camus dans L'étranger..." ceci dit, il faudra que je retrouve la phrase exacte.

Écrit par : Joël | 20/06/2007

Les commentaires sont fermés.