Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2009

JLDS

Ca-vient.jpg

Un autre chapitre de Vive la Gratuité est consacré à un entretien avec Jean-Louis Sagot-Duvauroux. Chantre de la gratuité, JLDS est un philosophe, écrivain, dramaturge et scénariste français.

Une part de son activité d'écriture est d'ordre philosophique. Il explore les voies possibles d'émancipation humaine, en essayant de prendre sérieusement en compte les impasses du mouvement de transformation sociale tel qu'il s'est déroulé durant le XXe siècle. Il a écrit un livre intitulé « De la gratuité ». Accessible gratuitement ici.

« Par tradition, la «culture de la gratuité» est associée à l’envers du marché, à un mode alternatif de penser les échanges, à des démarches d’émancipation sociale, au don. Mais elle subit aujourd’hui de puissants effets de brouillage. Le développement d’Internet entremêle inextricablement vraies et fausses gratuités. Les stratégies marketing annexent sans complexe l’attrait du mot «gratuit». Les télévisions ou les journaux «gratuits» sont le cheval de Troie du tout-marchand publicitaire, alors que de grandes gratuités sociales comme l’école publique ou l’assurance maladie subissent une crise grave et que la mécanique du profit semble occuper tout l’horizon. Quels enjeux de civilisation couvent sous cette question? À quel prix peut-on encore dire avec Bruce Sterling: «Gratuit comme l’air, l’eau... gratuit comme la connaissance»? Jean-Louis Sagot-Duvauroux tente de répondre à ces questions et propose une éthique de la gratuité. »

Voir aussi un article du monde diplo qui se conclut par : « A l’occasion du débat sur la loi sur le droit d’auteur et les droits voisins dans la société de l’information (DADVSI), M. Renaud Donnedieu de Vabres, ministre français de la culture, mit toute sa grandiloquence à le suggérer : « J’ai en face de moi un ennemi redoutable, le rêve de la gratuité. »

12:24 Publié dans Gratuité | Lien permanent | Commentaires (0)

16/08/2009

Etymologie

Ca-vient.jpg

Je résume (et complète) le texte de Mathilde Aries sur l’étymologie de gratuité

Gratuit – Latin Gratuitus désintéressé. Basé sur gratus, faveur, qui devient gré en français. Sens donc d’accorder avec libéralité, il y aurait donc une parenté avec libéralisme J (voir anglais)

L’antonyme latin est mercenarius, mercenaire, louer contre argent, qui est de la même famille que mercantile. Nous voici dans le cœur du sujet comment se débarrasser des mercantis comme les appelait mon grand-père.

Autre sens de gratuit attesté en 1718 : Non fondé, irrationnel : une supposition gratuite, un crime ou acte gratuit. Attention donc à l’irrationnel !

Gratuité prend le sens d’exemption de payer vers 1350 et par extension caractère désintéressé d’une action. Depuis le XIXième, ce qui s’obtient sans payer.

Gratis, adverbe ou adjectif vient comme gracieux de gratüs, gracieusement, par complaisance. On dit aujourd’hui « à titre gracieux » ce qui est un peu pareil que gratuit mais avec au départ l’idée de faveur peut-être un peu moins « gratuite »

On peut aussi utiliser gratos ou même gratoche.

A noter qu’en anglais on utilise le mot FREE qui veut aussi dire libre. Une expression typique du libéralisme : « There is no free lunch ». Il n’y a pas de repas gratuit. Attention « vive le Québec libre ! » ne veut pas dire « Vive le Québec gratuit », avec le prix du billet d’avion, n’y pensez pas.

11:51 Publié dans Gratuité | Lien permanent | Commentaires (4)

13/08/2009

réenchanter le monde

Ca-vient.jpg Introduction et premier chapitre de Viv(r)e la gratuité. Extraits :

* Quand je tape (r) word écrit ® - Vive Hadopi !

Extraits : Il ne suffit pas d’avoir raison pour inverser le cours de l’histoire, encore faut-il être capable de réenchanter le monde et de rendre le projet désirable par le plus grand nombre. On peut reprocher tout ce qu’on veut au capitalisme mais ce système est monstrueusement efficace tant il a la capacité de susciter le désir…

…les peuples aspirent encore (sinon davantage) à simplement partager le gâteau dans l’espoir de vivre demain comme des petits bourgeois…

il n'y aura pas de société de la gra­tuité sans culture de la gratuité. Quels rituels de la gratuité faudra-t-il inventer ? Quelles nouvelles institutions pour porter cette révolution tranquille ? Ne serait-ce pas, déjà, pour l'école de demain un bien plus beau projet que de contribuer ainsi à cette nouvelle « fabrique de l'humain » ?

 

09:00 Publié dans Gratuité | Lien permanent | Commentaires (0)

09/08/2009

Vive la gratuité

Après avoir écouté cette vidéo sur Agoravox, j'ai eu envie d'en savoir plus. La gratuité est-elle, comme le prétend Paul Ariès, une idée porteuse qui soit une alternative aux divers aménagements du capitalisme pour affronter les crises écologiques ? J'ai lu le livre écrit par le collectif dirigé par Ariès. C'est très inégal et un peu bâclé (nombreux typos). Malgré tout il en ressort des choses très intéressantes. Je vais revenir sur les chapitres qui m'ont paru dignes de creuser l'idée.

10:33 Publié dans Gratuité | Lien permanent | Commentaires (0)