Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/03/2008

Monsanto

5f9591d28a27b1e1ce8a522928d9e382.jpg

« Pressions, corruption et rapports mensongers font partie des pratiques de ce géant de l'agro-alimentaire qu'est Monsanto. Le film hier soir sur Arte montrait ce mécanisme incessant de l'économie moderne et de la mondialisation à travers une étude de cas. » Effrayant !

24/11/2007

Eau

bcda996e006980a3091b07c48ecb0775.jpg

Combien payez-vous votre eau ?

Cela peut aller du simple au double

et ça grimpe chaque année.

La gestion de l’eau est du ressort des communes, elle est distribuée soit par des régies municipales, soit par des compagnies privées. Deux grosses compagnies, censées se faire concurrence, le groupe Suez et la Compagnie Générale des Eaux, filiale de Veolia Eau (ex Vivendi Water). Selon l'UFC ces deux compagnies font surtout d'excellents profits.

Certaines villes sous-traitent tout ou partie (distribution ou assainissement) de leur gestion de l’eau. Total de très grandes disparités entre les villes suivant une étude de l’UFC Que Choisir.

- Des villes satisfaisantes : Clermont-Ferrand, Annecy, Chambéry, voire Grenoble [à noter que les quatre villes qui ont ces résultats sont gérées en régie municipale.]

- Des marges trop élevées : Angers, Lille, Nancy et Nantes

- Des marges beaucoup trop élevées : Bordeaux, Strasbourg, Paris et Nice
- Des marges extrêmement élevées : Lyon, Toulouse, Reims et Montpellier [Reims est une régie municipale – Les autres sont en délégations privées]

- Des records de surfacturation : le SEDIF (144 communes de la banlieue parisienne – Président André Santini), la presqu'île de Gennevilliers et Marseille [La distribution est en délégation privée dans les trois. L’assainissement des deux premiers est en régie municipale. A Marseille tout est privé]

Vive le libéralisme! 


09/11/2007

Funérailles

40c1768a4f262ab99b49b69b721c9b87.gif

Suite de la rubrique « Vive le libéralisme ! »

En matière de funérailles, jusqu’en 1996, les familles françaises devaient accepter les produits, services et prix imposés par le monopole. Situation dénoncée par les libéraux et les institutions européennes de Bruxelles. Depuis 96, plus de problème,  la concurrence règne et la plupart des familles demande des devis.

540.000 décès annuels en ce moment les prévisions annonce 700.000 dans 15 ans. Sociétés françaises et étrangères sont attirées par ce marché juteux. Le quart de nos obsèques sont contrôlées par des fonds de pension américains.

Lobbyings et réseaux s’animent. L’imagination règne, les prestations additionnelles fleurissent. On facture tout au prix fort, même les séjours du cercueil dans une salle de l’hospice. Les lobbys tentent de gagner le dernier morceau, croquer le dernier orteil des morts, bref ils veulent en plus gérer nos cimetières.   

Et les prix grimpent, grimpent… Bien que la crémation soit en vogue et moins chère de 30 à 50% le coût moyen des funérailles a grimpé beaucoup plus vite que l’inflation dans les dix dernières années.

J'ai pris mes infos ici.  On y trouvera quelques tuyaux sur les pièges à éviter. Pour l'augmention des prix, les chiffres sont variables suivant les sites mais un chose est sûre, le prix de la mort monte.

06/11/2007

Bouchon

db174e12f312910e9a8583bb39e88add.gif Sur l’autoroute A40, il y a deux tunnels après Bellegarde en direction de Lyon. Dimanche dernier, on circulait sur la file de gauche dans les deux tunnels ce qui a provoqué un bouchon de plusieurs kilomètres de 10 heures du matin à six heures du soir avec une perte d’environ une heure par automobiliste. Eh bien figurez-vous qu’il n’y avait pas de travaux sur la file de droite. On avait juste laissé les séparations du vendredi au lundi.

Pour les usagers c’est du temps perdu, pour la planète du gaspillage de pétrole, mais, soyez rassurés, pour les actionnaires de l’APPR, la société des autoroutes Parie-Rhin-Rhône aucune perte. On a tous payé nos 13 euros 70 pour faire les 115 kilomètres qui séparent les deux péages entre Genève et Lyon. C’est ma nouvelle rubrique « vive le libéralisme. »