Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2005

Internet Romance -R1-

Résumé des chapitres précédents

Le narrateur et son héros Nicolas travaillent ensemble à Grenoble, chez TKN, la multinationale du savoir et des ordinateurs. Le narrateur dirige une équipe ingérable de divas, plutôt mauvaises langues. Il améne Nicolas à bloguer (noter) sur French, un forum interne à l’entreprise. Sur ce même forum se retrouvent des noteurs francophones employés de GKN dans plusieurs pays dont la belle Mary-Ann, l’australienne.

Nicolas est un grand voyageur, il part à Boston rencontrer une noteuse qui joue la mélodie du bonheur et qu’il ne trouve sans doute pas à son goût, il va même en Australie mais ne réussi pas à rencontrer Mary-Ann.
Car cette histoire est l’histoire de Nicolas, quarante ans, qui après deux ou trois bières, confie que, s’il ne trouve pas l’âme sœur très prochainement sa vie sera ratée, et celle de Mary-Ann, une petite fille de trente ans qui vit à Sydney qui trouve sa vie bien triste, qui veut un enfant, des enfants. Ces deux vies que Mary-Ann et Nicolas croient avoir bientôt ratées, c’est tout Internet Romance.
Comme il n’est pas question de tuer le suspens tout de suite, on ne dira pas si Mary-Ann est vraiment la plus belle fille de Sydney comme le prétendent John et Peter, les deux managers égrillards de TKN rencontrés à Boston devant une Samuel Adams  ou si elle n’est qu’un leurre qui va s’évanouir entre les doigts du pauvre Nicolas comme le craint Maryne. Bien entendu, pas question non plus de dire si cette histoire finit mal comme le subodore Dilletante. Bon, on sait que les histoires d’amours finissent mal, les histoires d’amours finissent mal, les histoires d’amours finissent mal, les histoires d’amours finissent mal… en général… Mais, dans notre cas... il faut voir…

Mon espoir, c’est qu’à Port Leucate et ailleurs dans le monde on continue de se passionner pour l’avenir de cette rencontre.   

29/07/2005

Internet Romance -7-

En partant en Australie, en janvier, Nicolas voulait absolument rencontrer Mary-Ann. Pendant ce temps, de mon côté, j’avais dû me rendre à Boston pour une de ces grandes assemblées managériales de TKN. Une grand-messe, comme disait Nicolas. Grand-messe pendant laquelle, on refaisait l’entreprise à coups de décisions essentielles que l’on tiendrait quelques semaines. Il y avait des participants du monde entier. Du moins, du monde qui a les moyens de s’acheter les services d’ordinateurs et de consultants hors de prix.
Il y avait là mes homologues Australiens et comme les choses sont bien faites, nous étions descendus dans le même hôtel : le Westford Regency. La bière y est excellente. On y boit de la Samuel Adams. Mes nouveaux amis australiens, Peter et John, aiment la Samuel Adams autant que moi. A la troisième bière, j’en suis venu à parler de French et de Mary-Ann. La seule personne que je connaissais en Australie, du moins chez TKN. Sans hésiter, avec un grand sourire, ils m’affirmèrent que Mary-Ann était « la plus belle fille de Sydney. » Ils semblaient tout savoir d’elle. Mes deux gentlemen étaient soudain devenus égrillards, une petite lumière s’était allumée au fond de leurs yeux, j’étais stupéfait et amusé. Pour Nico, ce serait une bonne nouvelle !
Le lendemain je voulais lui envoyer un courriel pour lui parler de Mary-Ann mais j’ai pensé qu’en vacances, il ne lirait sans doute pas son mail. J’oubliais donc la plus belle fille de Sydney et son futur chevalier jusqu’à son retour de vacances. C’est dans mon bureau, un double cube, qu’il m’a appris, tout catastrophé, qu’il n’avait pas rencontré Mary-Ann
-    Une suite de contretemps incroyables… Une série noire… vraiment pas de bol ! J’ai pas pu faire autrement…
-   Dommage ! Tu sais que je suis allé à Boston
-   Ah oui, la grand messe annuelle.
-   Dans le même hôtel que moi, il y avait deux gars de TKN Sydney : John et Peter. Et bien, figure-toi, que d’après eux, Mary-Ann est la plus belle fille de Sydney, du moins de TKN Sydney.
-   Non. C’est pas vrai ?
Catastrophé. On aurait dit que je lui avais annoncé un décès dans la famille. C’était tout Nico, se faire un sang d’encre pour une fille qu’il ne connaissait qu’à travers un forum électronique. Il était amoureux. L’autosuggestion tient une grande place dans le sentiment amoureux.

28/07/2005

Internet Romance -6-

Nicolas ne s’était pas dégonflé. Il avait fait Grenoble-Boston et retour pour assister à un spectacle d’amateurs. Et moi qui le décris comme résistant aux changements ! Il avait pris sur le pouce une décision qui allait lui coûter un mois de salaire. Contradiction ? Pas vraiment. C’est tout Nico : un homme d’habitudes doublé d’un homme de tête, de coups de tête. La décision prise, il pouvait devenir obstiné, borné… Il n’allait tout de même pas se déballonner, il ne s’agissait que de quelques jours de congé et d’un simple billet d’avion…
Julia et Nicolas avaient convenu par e-mail que ce dernier arriverait avec un petit ballon rouge à la main. On imagine la salle de la générale, les spectateurs, la famille, les copains venus en avance pour soutenir, dans cette épreuve leurs acteurs  tous très heureux et excités. La tension monte. Le trac s’empare des amis autant que des comédiens. Ces derniers donnent aux responsables de la caisse les dernières consignes pour leur famille ou leur petit ami, petite amie… C’est au milieu de tout ce beau monde très bostonien, un poil guindé, que débarque notre Nico avec son petit ballon rouge. La vieille dame mi-gênée mi-amusée vient lui faire la bise, c’est Julia cachée sous une perruque blanche. Je ne résiste pas au plaisir de citer un extrait du très long compte rendu qu’en avait fait Nicolas, dans French, de retour de Boston. On retrouve toute la verve, tout l’excès dont il peut faire preuve dans les grands moments d’exaltation :
« (…) Acteurs et chanteurs sont tous magnifiques. Pour beaucoup on croirait avoir affaire à des professionnels Les enfants débordent de vitalité. Les adultes juifs s’organisent, parfois avec les moyens du bord. La chorégraphie est belle et  précise, les voix sont bien plus que des voix Toutes les tessitures sont au rendez-vous (…) A ajouter : la musicalité de l'orchestre amateur, l’encadrement d’un professionnel, une mise en scène toute de goût et de justesse, une qualité artistique digne du meilleur Broadway, des décors alpestres fabuleux, une reconstitution de ce couvent, un couvent presque mystique, une direction d'acteurs hors pair (…) » Signé « Tonton Nico ».
Cette folie, ce panache dans ce petit texte, c’est tout lui. Pour compléter le tableau, on peut ajouter qu’il est plutôt petit, maigre, presque malingre, avec une barbe en collier très étroit. Toujours surexcité, hypernerveux, sous pression constante. Son enfance expliquait bien des choses.
S’il avait parlé de Julia actrice, il n’avait rien dit de la femme. Par French, nous savions qu’elle était divorcée, qu’elle avait des enfants, ce n’était pas ce qui pouvait arrêter tonton Nico. Entre les lignes, j’avais cru comprendre que Julia était un peu boulotte, pas trop sexy. Donc, sortie discrète de Julia et de Delphine côté cour, entrée très remarquée de Mary-Ann côté jardin. La belle Mary-Ann !

19:00 Publié dans Internet Romance | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : Ecriture

Internet Romance -5-

L’affaire n’était pas faite. Si Nicolas avait remarqué Mary-Ann dans French, il avait aussi noté Julia à Boston, Anna à Munich, Françoise à Paris, Paola à Milan et d’autres encore. Toute la force de l’imaginaire, la puissance des mots ! Et puis, il y avait Delphine.
La chance aurait pu donner un coup de pouce immédiat et nous faire gagner quelques mois. Nicolas partait pour l’Australie. Il allait accompagner Delphine, qui, elle-même, suivait sa mère, mère qui partait courir le marathon de Melbourne, catégorie vétéran. Delphine c’était son amie du moment, sa confidente peut-être, certainement une relation bizarre, probablement platonique. A la troisième bière, il m’avait avoué : « Entre Delphine et moi, c’est fini mais le voyage était arrangé de longue date. Tu sais que j’aime bien Laure, la maman de Delphine. Alors je vais aller à Melbourne. J’en profiterais pour voir Mary-Ann. »
- Tu vois Sylvie, c’est un homme à femmes le Nico !
- Justement. C’est bien la preuve, Il est homo, je te dis. Pédé comme un phoque !
Avant Mary-Ann, il y a eu Julia, une autre French-noteuse mélomane, qui avait su retenir toute son attention. La personnalité éclatante et les aventures de Mary-Ann ont tellement obscurci l’épisode de Julia que, pour en retrouver les détails, j’ai du relire French en entier. Par chance, j’en ai fait une copie avant que le forum ne meure. Je suis donc l’heureux propriétaire de neuf ans de discussion. Je l’ai sur mon l’ordinateur, celui de la maison, celui sur lequel j’écris aujourd’hui. Tous les textes, toutes les notes sont là, accessibles d’un clic de souris.
Donc, Nicolas avait décidé d’aller voir Julia à Boston. C’était avant qu’il n’inaugure sa fameuse note « En avant la musique. » La note et ses deux cent et quelque réponses, dont quatre-vingt de Nico, la plupart en réponse à sa chère Mary-Ann.
Julia était une french-noteuse américaine, passionnée de théâtre et de musique. Elle avait ouvert le sujet intitulé : « Comédies musicales. » Un débat peu suivi, sauf par Nicolas. En banlieue de Boston, elle montait, avec sa troupe d'amateur, la comédie du bonheur. Elle annonçait les dates des représentations, invitait les french-noteurs à venir et signait Julia l'amer-loque. Nicolas, tout excité, m’avait proposé de me rendre avec lui à Boston. J’étais amusé. Je ne savais pas trop de quel prétexte justifier mon refus. Il avait proposé à d’autres membres de l’équipe de l’accompagner. Le sujet avait provoqué des débats, ira, ira pas, et de franches rigolades à la cafeteria.


00:31 Publié dans Internet Romance | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Ecriture

26/07/2005

Internet Romance -4-

Totalement séduit par French, Nicolas est très vite entré dans le vif des débats. Quelques jours plus tard, il connaissait, mieux que moi, tous les protagonistes. Il avait repéré les amateurs de musique, déploré le faible niveau général en mathématique et en physique. Il me prenait à partie sans cesse comme si j’étais le grand modérateur, le démiurge responsable de la marche de French. Puis, parmi tous les participants, il a vite remarqué Mary-Ann, sans doute à cause de leur goût commun pour la musique classique. Et pour une autre raison…
Nicolas et son rapport aux filles, un sujet complexe. Peu de solution dans l’espace réel. Il y fallait French et son potentiel d’imaginaire. Malgré ses presque quarante ans, Nico est resté un grand adolescent immature. Avec les femmes, il perd tous ses moyens, il devient tout miel, gentil, obséquieux. Dans notre groupe de Divas, Nicolas était un bon sujet de conversation. Nous étions rompus aux hypothèses les plus hardies sur sa sexualité. Il y avait la théorie de Vincent, mon bras droit, qui prétendait que Nico était impuissant. Sylvie, la belle Sylvie, notre pin-up, affirmait : « C’est un homo, j’en suis certaine, un homo caché. Le genre qui n’ose même pas se l’avouer à lui-même. C’est enfoui, très profond, ça vient de l’enfance… C’est typique ces manières là. Typique, je te dis ! » Sylvie est une langue de vipère mais ses arguments étaient convaincants. Je pensais à Pierre, un très bon ami de Belle-île, notoirement homo. C’est vrai qu’avec les femmes, ils avaient des traits de comportement communs. Des manières, comme disait Sylvie.
Homo ou pas, Nico cherchait une femme à tout prix. Après deux ou trois bières, il confiait que, s’il ne trouvait pas l’âme sœur très prochainement sa vie serait ratée. Pendant ce temps, en Australie, à Sydney, une petite fille de trente ans, Mary-Ann, trouvait sa vie bien triste, elle voulait un enfant, des enfants. Trente ans, pour elle c’était la limite, si elle ne trouvais pas un homme pour satisfaire son projet, sa vie était ratée. Ces deux vies que Mary-Ann et Nicolas croyaient bientôt ratées, c’est l’histoire d’Internet Romance. Entre ces deux âmes esseulées French allait devenir un trait d’union.

20:49 Publié dans Internet Romance | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : Ecriture