Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2007

Mont Dolent

Mes grands-parents paternels vivaient accrochés à la montagne dans un petit hameau nommé Peagni qui dépendait du village de Ronco-Canavese. Peagni était alors un petit village d’une dizaine de maisons en pierres sèches et Ronco un gros bourg construit au bord d’une rivière dont les eaux diaphanes roulaient des pierres rondes comme des oeufs préhistoriques ;-)

Aujourd’hui Ronco est le chef-lieu sans grâce du Val Soana dans le Piemont, provincia di Torino. Sans grâce, car les constructions modernes sont laides et ont détruit la belle harmonie des maisons de pierre sans pour autant aérer l’ancien amoncellement delle case. La Soana est la rivière qui roule ces pierres rondes, gros bloc de granit dont on se demande quels géants ont pu faire ici une monstre partie de pétanque.

Si l’on suit la route on arrive à PiamPrato. Un pré plat à plus de 1500 mètres au cœur du Grand-Paradis, le paradis dei camosci (chamois) et dei stambucchi (bouquetins). A Piamprato on trouve un bar, le Bar Bu, gite d’étape proche d'un monument dédié aux stagnini-calderaio, les rügas en franco-provencal, dits aussi les magnins, ces rétameurs-chaudronniers très habiles du val Soana qui partaient gagner leur vie, qui à Milan, qui en Savoie, qui à Paris.  

9943f8b9e64df1a77760383f9932dcd4.jpgJ’étais en vacance cette semaine et d’humeur généalogique. Alors pour commencer je suis passé à Verossaz qui est l’endroit où est né un de mes bisaïeuls côté maternel. C’est une commune en Valais près de Saint Maurice. De la vallée, il faut monter pendant vingt minutes pour arriver sur une sorte de plateau. Au pied des Dents du Midi avec la Cime de l'Est qui ressemble au Cervin. Je n’ai pas trouvé l’aïeul à l’état civil de Saint Maurice, je manquais de précisions, mais je me suis bien promis d’y revenir. 

Ensuite, j’ai poursuivi mon tour du Mont Dolent (photo) en diretion de Martigny et du col du grand Saint-Bernard. Le Mont Dolent est un redoutable sommet pyramidal, non loin du Mont-Blanc, qui culmine à 3820 mètres. C'est une des dernières conquêtes majeures de l'alpinisme au XIXième (Whimper-Michel Croz) bien après le mont-Blanc, et juste avant le Cervin. A son sommet se rejoignent les trois lignes de frontière France-Italie-Suisse. Vu que je suis à moitié italien et pour le reste suisse et français, je considère le Dolent comme ma montagne personnelle bien que j’ai abandonné depuis longtemps l’idée de la gravir.

J’étais pas trop chanceux avec le temps. J’ai quand même pu monter en dessus de Piamprato et le brouillard ne m’a pas trop gâché le plaisir. Le lendemain matin j’avais de toute façon rendez-vous au municipio, la mairie, avec une belle pile de registres: extraits de naissance, de mariage et même de mort. Eh oui, ça existe : i registri di morte !

PS: (rien à voir)  Au Terrier, 71, bd de la Cluse à Genève, l'acteur Jean Bruno lira : "Badonce et les créatures"  d'Alexandre Vialatte. vendredi 28 septembre à 19h. samedi 29 septembre à 18h, dimanche 30 septembre à 18h., Pour réserver vos places, vous pouvez téléphoner au Terrier 022. 320.43.61 (répondeur) ou envoyer un message électronique à leterrier@bluewin.ch

 

17:00 Publié dans Canavese | Lien permanent | Commentaires (3)

08/02/2006

Arpitan

Mes ancêtres parlaient arpitan.

Mon grand-père paternel en possédait plusieurs variantes du val d’Aoste et des Savoie.

Ce n’était pourtant pas un grand lettré, ses écoles il les avait faites en poussant une barotte comme on dit en arpitan, une carriole à bras qui contenait son matériel à rétamer les couverts, de l’acide chlorhydrique (il disait muriatique), des barres d’étain, un chalumeau à essence pour faire de petites soudures. Il allait de vallée en vallée, dans un voyage commencé avant la grande guerre, entrecoupé en 1916 de grandes vacances chez les chasseurs alpins (i cacciatori alpini) sur les glaciers du Tyrol dans des corps à corps avec les comparses autrichiens de cette farce sanglante, puis continuer en 1919 pour enfin faire venir sa famille en 25 à Abondance.

Mon père est donc né un an avant aux frontières de l’Arpitanie, dans le val Soana. Mon autre grand-père venait du Valais, un autre coin de l’Arpitanie. De l’Abbaye de Saint-Maurice à celle d’Abondance, il n’y avait que quelques génuflexions. C’est à La Chapelle d’Abondance que le valaisan est venu installer sa boulangerie où, naguère (10-12 ans), mes cousins faisaient encore un pain délicieux.

Vous connaissiez peut-être l’arpitan, c’est le francoprovencal que l’on parlait dans la région ci-dessous. Un mélange d’Oc du sud et d’Oïl du nord, moitié huile, moitié vinaigre. C’était plus ou moins l’ancienne Allobrogie romaine, de Neuchâtel à Roanne, de Grenoble à Aoste en passant par Macon, Saint-Etienne, Lyon, Chambéry, Sion, Sierre, Genève, toute la Romandie. Une langue perdue ou presque.

medium_francoprov.gif


    

01:00 Publié dans Canavese | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : Ecriture

06/01/2006

Mario Rigoni Stern

medium_stern.jpgC'est Raymonde qui un fois de plus m'a fait découvrir Mario Rigoni Stern, l'homme des montagnes de Vénétie, l'homme qui préfère l'hiver à l'été à cause du calme, de la neige et du silence. Un ami de Primo Levi, "Si c'est unhomme". Dans ses livres, Mario raconte sa guerre, sa captivité et son village de Vénétie. L'autre soir, ja'i lu quelques textes du vin de la vie. (photo Télérama)

Comble du bonheur, dans le vin de la vie, je suis tombé sur la période heureuse de sa vie comme chasseur alpin dans la vallée où est né mon père, le val Soana dans la région du Canavese en dessus d'Ivrea, la face sud du Gran Paradiso. En écrivant "Face sud du grand paradis" je me dis que parfois les mots traduisent bien certains paysages...

Lisez Rigoni Stern, c'est un antidote à la mesquinerie et à la bêtise. C'est un éloge de la beauté. Lisez le Vin de la vie. J'ai eu de la peine à fermer le livre pour prendre en cours les tonton flingueurs en pleine beuverie et me dilater la rate.

Juillet 2008 - Mario Rigoni Stern est mort le 16 juin, à Asiago (province de Vicenza, au nord de l'Italie), où il était né le 1er novembre 1921. Son premier livre, Le Sergent dans la neige (1953, traduction française 10/18), dans lequel il évoque la retraite de Russie durant la seconde guerre mondiale, est publié par Elio Vittorini, grand découvreur de talents de ces années-là, défenseur d'une littérature humaniste.

La guerre et les mises à l'épreuve des élans fraternels seront au centre de cette oeuvre, considérée par son contemporain Primo Levi comme l'une des plus déterminantes du XXe siècle. Souvent traduits en français, les récits de Rigoni Stern n'ont pas eu à travers le monde le retentissement de ceux de Levi, malgré leurs qualités de style et leur profonde générosité : les événements dont ils témoignent ne relèvent pas de la même tragédie destructrice, mais mettent en cause toute forme d'agressivité et de dégradation humaine.

... 

Rigoni Stern élève alors l'inspiration régionaliste et écologique à un niveau universel, en poète attentif à la beauté du monde. Cette beauté, géographique et humaine, sera du reste toujours présente dans les histoires de guerre qui constituent le reste de son oeuvre.

Article du Monde ici 

17:40 Publié dans Canavese | Lien permanent | Commentaires (35) | Tags : Littérature